Publié par Formation Médicale Continue

 lettre d'un confrère  à la SS , âmes sensibles s'absternir

Il est prié de ne pas dépasser les barrières  ........images-copie-17.jpeg




Mon cher confrère,

 

Je tenais à t'informer des problèmes que je rencontre depuis que j'ai accepté la mise sous objectif de la diminution de mes arrêts de travail du 15 Septembre 2012 au 15 Janvier 2013, naïvement ne connaissant pas bien les textes ce que je regrette énormément.

Après étude de la période concernée en 2011, je me suis rendu compte que je faisais beaucoup d'arrêts de travail qui n'étaient pas prescris par nos confrères libéraux ou hospitaliers pour des pathologies de longue durée ou non mais suivies médicalement par eux même, soit par oublie soit par manque de temps soit pour

"obliger " nos patients à se faire suivre et/ou se faire contrôler par leur médecin traitant.....pivot du système de soin parait-il.

En conséquence, j'ai, depuis le 15 Septembre 2012, affiché dans la salle d'attente que je ne ferai plus d'arrêt de travail pour toutes pathologies ou interventions prises en charge par nos confrères spécialistes libéraux ou hospitaliers.

Mais la réalité est tout autre......j'ai vu arrivé des patients sans le "sésame " indemnitaire soit que le spécialiste traitant ne peut pas les voire rapidement en consultation, soit que la secrétaire les envoie balader, soit que le spécialiste traitant les renvoie carrément à ma consultation.....D'autres patients jugés inaptes par le médecin du travail ou en attente d'une décision d'invalidité par le médecin conseil souvent très longue me sont systématiquement envoyé en consultation pour prolonger leur arrêt de travail même si ils ont étaient traités par nos confrères spécialistes....Cela fait beaucoup.

En conséquence, comme j'ai un médecin conseil référent le Dr B...... de la CPAM de B;;;;; je lui envoie tous ces cas qui me pose problème, car je n'arrive pas à la joindre systématiquement au moment de la consultation. Et pour bien faire voir que le patient est venu dans les délais légaux je mets la date de début de l'arrêt mais pas la fin...en espérant qu'une solution soit trouvée.

Cela semble poser beaucoup de problème au service médical.

J'ai eu au téléphone plusieurs fois le Dr B;;;;; d'autres médecins conseils et même le médecin chef le Dr C;;;;;, le discours est le même, malgré l'aide que j'espérai avoir d'eux :" c'est à vous de faire les arrêts de travail...vous prenez vos patients en otage....on ne peut pas contacter les confrères spécialistes...."...et moi de répondre naïvement :"C'est moi qui suis pris en otage....." et le pire hier matin appel du Dr C;;;;;; médecin chef de la CPAM de Beauvais pour me redire le discours que je connais parcoeur maintenant...et à la fin de la communication je m'entends dire :" si vous ne jouais pas le jeu je fais un rapport à la CNAM "....

Mon cher confrère après 29 ans de pratique de médecin de famille à la campagne en P;;;;, zone sous médicalisée, je peux t'assurer que je n'ai jamais joué en travaillant du lundi matin au samedi midi, mes patients peuvent en témoigner, je les ai toujours pris en charge.

Je tient à te dire aussi que si pareille aventure venait à se renouveler je n'accepterai pas une mise sous objectif.

 

Confraternellement

Dr ...........

 



 

 

source : Communiqué de presse du Collectif Anti-Délit-Statistique.

Si vous  vous sentez concerné rejoignez le collectif qui est national   en cliquant sur ce lien :   collectif-anti-delit-statistique+subscribe@googlegroups.com

 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :