Publié par Responsable éditorial

57 heures par semaine, 5 semaines de congés…et toujours de la paperasse   Capture-d-ecran-2012-03-14-a-08.27.53.jpg
Ils effectuent en moyenne 57 heures hebdomadaires (60 en zone rurale), consultent 9 demi-journées par semaine, assurent souvent eux-mêmes leur secrétariat (44 %),participent activement aux gardes (60 %) mais restent accaparés par les tâches administratives. D’autres activités (formation, exercice en établissement, syndicalisme…) complètent leur agenda....

http://www.sante.gouv.fr/no-797-les-emplois-du-temps-des-medecins-generalistes.html 

L’exercice de la médecine générale ne se résume pas aux activités de soins de la patientèle du cabinet : elle inclut également des temps de formation et de tâches de gestion (secrétariat, comptabilité…) qui leur incombent en tant que professionnel de santé libéral et qui s’entrecroisent avec les consultations. D’autres activités professionnelles, réalisées en dehors du cabinet, s’y ajoutent très souvent : six médecins généralistes sur dix participent à la permanence des soins, près d’un sur trois pratique des activités de soins, de coordination ou d’expertise dans une structure extérieure (établissement de santé, maison de retraite, crèche…) et un sur dix exerce des activités au sein d’une organisation professionnelle (syndicat, ordre, union professionnelle, société savante).

Au final, la durée moyenne d’une semaine de travail est de 57 heures, avec des disparités importantes selon les praticiens.

 

Capture-d-ecran-2012-03-14-a-08.31.24.jpg


Commentaire Alain:

Pour nous situer .... dans une société 35 heures, RTT, repos compensateur, du temps pour soi et pour sa famille ;

sommes nous des dinosaures qui allons disparaître dans une nouvelle organisation du système de soins ?  


 

 


ARTICLE Le Quotidien du Médecin  du 14/03/2012

 

 
LES GÉNÉRALISTES libéraux ne connaissent toujours pas les 35 heures, prennent peu de vacances, restent largement investis dans la permanence des soins (contrairement à certaines idées reçues) et voient leur temps médical « grignoté » par l’administratif : tels sont les enseignements principaux d’une étude inédite (1) qui dissèque l’agenda des médecins généralistes.

Si la durée moyenne d’une semaine de travail « ordinaire » du médecin de famille est de 57 heures (toutes activités confondues), les disparités sont marquées entre praticiens. Les 10 % de généralistes les plus « actifs » travaillent plus de 71 heures par semaine… La durée moyenne de travail grimpe à 60 heures hebdomadaires en zone rurale contre 56 heures en secteur urbain. Selon l’étude, l’amplitude horaire est également moins élevée pour les médecins femmes (53 heures contre 59 pour les hommes) et les praticiens de moins de 45 ans (55 heures contre 58 pour leurs confrères plus âgés). Un chiffre témoigne de l’intensité de la charge de travail : les généralistes libéraux déclarent avoir pris en moyenne « 5,3 » semaines de vacances seulement au cours de l’année 2010. Un quart d’entre eux ont pris « sept semaines de congés ou plus ».

5 100 actes par an, 18 minutes par consultation.

Sans surprise, les consultations et les visites constituent le cœur de l’activité généraliste, soit « 9 demi-journées par semaine ». Sur l’année, les chiffres de l’assurance-maladie montrent que les généralistes ont effectué en moyenne « 5 100 actes en 2010 » (remboursés) avec de forts écarts régionaux (4 300 actes en PACA contre 5 300 en Pays de la Loire). En 2010, les visites ne représentent toutefois que 12 % du nombre total d’actes. Les données de la CNAM ne renseignent pas sur les actes gratuits qui représentent environ six consultations par semaine pour 80 % des généralistes.

Selon l’étude, les consultations (hors permanence des soins) s’étalent généralement du lundi au samedi matin (seuls 21 % des généralistes ne travaillant jamais ce jour-là). Autre enseignement : les généralistes français déclarent une durée moyenne de consultation au cabinet « d’un peu moins de 18 minutes », qui grimpe à 22 minutes en secteur II (chiffre est stable depuis plusieurs années).

En pratique, le temps passé au contact direct des patients se mêle à beaucoup d’autres activités variées. Un généraliste sur cinq déclare avoir accueilli en stage des étudiants en médecine générale (externes ou internes) au cours de la dernière année et un tiers se dit prêt à le faire. Les médecins de famille consacrent en moyenne « 13 demi-journées par an » à leur propre formation (FMC et évaluation des pratiques désormais) et parfois beaucoup plus (10 % affichent plus de 30 demi-journées de formation par an). Ils disent également consacrer deux heures par semaine en moyenne à la lecture de journaux ou d’articles médicaux. À noter que trois quarts des généralistes ont reçu des visiteurs médicaux au cours de la semaine précédant l’enquête (et leur ont accordé 36 minutes…).

22 % tiennent eux-mêmes leur « compta ».

Les tâches administratives au sens large (secrétariat, comptabilité, gestion…) embolisent le quotidien malgré les chantiers de simplification ouverts dans ce domaine. Une légère majorité de généralistes (56 %) dispose d’un secrétariat médical, les autres gérant eux-mêmes accueil et rendez-vous. L’existence d’un secrétariat monte en flèche parmi les médecins de groupe (76 %) et lorsque l’activité est plus importante. 22 % des médecins tiennent eux-amêmes leur comptabilité, une situation plus fréquente en cas d’exercice isolé et de faible activité. À noter que 14 % des généralistes entretiennent eux-mêmes...les sols de leurs locaux, précise l’étude. Au total, les généralistes déclarent consacrer en moyenne 4 heures par semaine aux tâches de gestion, secrétariat et comptabilité (temps non médical), ce qui représente tout de même

« 7% de leur temps de travail hebdomadaire ». Ce temps reste évidemment très variable selon que le médecin assume ces tâches lui-même ou en délègue tout ou partie.

L’étude apporte également un bémol aux discours décrivant un désinvestissement total de la permanence des soins de la part de la médecine libérale : 60 % des généralistes disent participer aux gardes dans le cadre de la PDS, à hauteur de « 10 heures par semaine » en moyenne. Mais cette implication est très variable. « En zone urbaine, un médecin sur deux effectue des gardes contre près de neuf sur dix en zone rurale », peut-on lire. Cette pratique est plus répandue chez les jeunes médecins. Et 6 % des généralistes déclarent être médecin régulateur, proportion qui varie du simple au triple selon les régions.

Enfin, le cabinet, pour un petit tiers des généralistes, n’est pas l’unique lieu d’exercice : 30 % des médecins déclarent des activités « de soins, de coordination ou d’expertise dans une structure » (hôpital, médecin coordonnateur en EHPAD…), activité d’autant plus fréquente en zone rurale. En revanche, seuls 11 % des généralistes affichent des activités auprès d’organisations professionnelles - syndicats, URPS, sociétés savantes ou Ordre des médecins. Ceux qui s’investissent dans ces instances représentatives y consacrent en moyenne trois heures par semaine.

Reste l’essentiel : les médecins subissent-ils cet emploi du temps chargé ou en gardent-ils la maîtrise ?

L’étude donne des éléments de réponse : 42 % des généralistes estiment avoir travaillé « autant qu’ils le souhaitaient », 57 % auraient aimé « travailler moins » (mais ne peuvent pas pour des raisons diverses) et…1% souhaiteraient travailler davantage. Concernant les tâches administratives et la paperasse, un médecin sur cinq a le sentiment d’être « débordé ».

›CYRILLE DUPUIS

(1) « Les emplois du temps des médecins généralistes », DREES, n°797. Mars 2012. Cette étude exploite un vaste panel (national et régional) de médecins généralistes libéraux (8 320 sollicités par courrier puis par téléphone, 2 161 réponses)

 


http://www.sante.gouv.fr/no-797-les-emplois-du-temps-des-medecins-generalistes.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :