Publié par Responsable éditorial

 


Un plan de lutte contre les déserts médicaux annoncé le 29 novembre
La ministre de la Santé, Marisol Touraine, assure que les mesures iront "plus loin pour garantir à tous un accès aux soins".Capture-d-ecran-2012-01-14-a-15.08.44.jpg

 


La ministre de la Santé Marisol Touraine a annoncé mardi qu'elle présenterait le 29 novembre son plan de lutte contre les déserts médicaux, lors d'un discours prononcé au forum Économie-Santé Les Échos.

 

"Ces mesures iront plus loin sur la médecine de ville pour garantir à tous un accès aux soins", a-t-elle commenté, précisant cependant qu'elle ne "remettrait pas en cause la liberté d'installation des médecins".


 
Par ailleurs, plusieurs mesures seront déployées en 2013 pour garantir d'ici à 2015 un accès de tous à un service d'urgence à moins de 30 minutes.

"Nous travaillons avec les urgentistes pour aboutir à des préconisations pertinentes. Nous tiendrons compte de la diversité des territoires avec un éventail de mesures. Parfois, il s'agira de renforcer les médecins correspondants, à d'autres endroits les SMUR, et dans des cas limités des unités héliportées."

Un amendement à la proposition de loi sur les réseaux de soins

La ministre a également annoncé qu'elle préparait un projet de loi de santé publique pour 2013.

"Elle permettra de définir des objectifs de prévention. Elle permettra aussi d'assurer que la prévention fasse partie intégrante de notre système de santé", a-t-elle précisé.

Elle souhaite que ce soit également l'occasion de permettre aux représentants des patients d'être mieux représentés dans la démocratie sanitaire.

En réponse à une question sur la proposition de loi sur les réseaux de soins, très contestée par le mouvement des internes et des chirurgiens libéraux, Marisol Touraine a rappelé qu'un amendement veillerait "à garantir la liberté d'accès au médecin et la non-discrimination tarifaire". "Il n'y aura pas de remboursements différenciés", a-t-elle affirmé.

La ministre a rappelé que cette proposition de loi qui sera examinée en commission des Affaires sociales mercredi était importante "pour reconnaître enfin le droit aux mutuelles d'avoir des réseaux de soins comme les assureurs privés". Les mutuelles ont déjà des réseaux dentaires et optiques.

La ministre a défendu l'avenant n° 8 sur les dépassements d'honoraires qui apporte tout de même 8 % de revalorisations d'honoraires aux professionnels. "Il n'a échappé à personne que la situation économique est difficile.

Nous avons recours à des réorganisations structurelles pour maintenir un système de santé solidaire. [....] Je ferai en sorte qu'au moins 33 % des médecins adhèrent au contrat. Il faut contenir les dépassements d'honoraires à un niveau raisonnable."

Marisol Touraine hostile à une régionalisation

En réponse à une question sur l'intérêt d'une déclinaison régionale de la convention médicale conclue entre les syndicats de médecins et l'Assurance maladie, Marisol Touraine a souligné "que les professionnels de santé n'étaient pas mûrs sur ces questions. Néanmoins, on peut voir un intérêt à ce qu'une convention conclue au niveau national puisse être déclinée dans les régions au plus près des territoires." Cette question sera posée à la mission de l'Inspection générale des finances (Igas) en cours sur la convention médicale.

Par contre, la ministre a rappelé son opposition à ce qu'on régionalise la répartition des crédits d'assurance-maladie. "Je suis hostile à des objectifs régionaux d'assurance-maladie (Ordam), car cela accentuerait les difficultés des régions où les indicateurs de santé sont mauvais parce qu'il leur serait demandé des objectifs de rentabilité. Par contre, je reste favorable à une péréquation dans la répartition des moyens entre les régions, parce que les indicateurs de santé du Nord-Pas-de-Calais sont beaucoup plus mauvais que ceux de Provence-Alpes-Côte d'Azur".

Marisol Touraine a enfin invité les agences régionales de santé (ARS), qui pilotent dans les régions les soins hospitaliers et la santé publique, à "s'atteler à des politiques de terrain".

"Le temps de la mise en route administrative des schémas et de la définition des objectifs est terminé.

Je souhaite que les ARS s'attellent à des politiques de terrain en fonction des besoins qui s'expriment sur les territoires. Je souhaite aussi dire aux directeurs des Agences régionales de santé, qu'il y a un pilote dans l'avion et que je participerai en personne au comité de pilotage", a-t-elle conclu.

SOURCE : SIPA

Le Point.fr - Publié le 20/11/2012 à 12:05

http://www.lepoint.fr/sante/un-plan-de-lutte-contre-les-deserts-medicaux-annonce-le-29-novembre-20-11-2012-1531176_40.php