Publié par Formation Médicale Continue

Capture-d-ecran-2012-09-26-a-07.53.36-copie-1.jpg

 


 

"Après 65 ans, le sommeil évolue : nuits plus courtes, réveils plus fréquents, sommeil fractionné sur la journée, ...

Ces modifications d'ordre physiologique chez les personnes âgées sont source de plaintes du sommeil en consultation et débouchent trop souvent sur une prescription de somnifères.

Près d’un tiers des personnes de plus de 65 ans consomme des somnifères de manière chronique, et dans plus d’un cas sur deux, ces traitements ne seraient pas indiqués.

Ces somnifères peuvent provoquer des effets délétères : dépendance, chutes et troubles de la mémoire.


Quel sommeil après 65 ans ?

Comment aborder la question des troubles du sommeil en consultation ?

Quel usage des somnifères ?

Comment les arrêter ? Avec quel accompagnement ?

Est-il possible de retrouver un sommeil de qualité sans médicament ?"

 

 LIRE LA SUITE

 

Les somnifères… en finir avec les mauvaises habitudes !

La prescription ou le renouvellement d’un somnifère n’est pas systématique.
Le renouvellement d’une ordonnance nécessite la réévaluation de la situation clinique du patient.
L’association de deux somnifères n’est pas recommandée.
Une pathologie psychiatrique (dépression par exemple) ou une pathologie du sommeil (apnée du sommeil par exemple) peuvent être à l’origine de la plainte du sommeil et nécessitent une prise en charge adaptée.
L’arrêt brutal d’une prescription de somnifères n’est pas recommandé, l’arrêt doit être progressif avec un suivi médical.

 


 


 


 


 

Questions-Réponses benzodiazépines (92.5 Ko)


 

Des mesures contre le mésusage des benzodiazépines HAS - DGS - ANSM (182.77 Ko)


 


 


source

Service de presse HAS
Florence Gaudin - Chef de service
Claire Syndique - Attachée de presse
Audrey Salfati - Attachée de presse
Gilles Djéyaramane - Attaché de presse
Tél : 01 55 93 73 18 / 73 52 / 73 17
contact.presse@has-sante.fr

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :