Publié par Formation Médicale Continue

 

GG-2013-02-27-a-23.54.56.jpg

"L’hypertension artérielle (HTA) est la première maladie chronique dans le monde. Elle augmente le risque d’accident vasculaire cérébral, de maladie coronaire, d’insuffisance cardiaque, d’insuffisance rénale et de troubles cognitifs, et a été à l’origine de 7 à 8 millions de décès dans le monde en 2011. Le traitement antihypertenseur réduit les complications cardiovasculaires. En France on estime à douze millions le nombre de patients traités pour HTA.

Les sociétés savantes, nationales et internationales, émettent depuis plus de trente ans des recommandations sur la prise en charge de l’HTA mais, malgré ces documents, l’HTA reste insuffisamment dépistée, traitée et contrôlée. En France, 20 % des hypertendus connus ne sont pas traités et 50 % des hypertendus traités ne sont pas contrôlés, ce qui indique que l’impact des recommandations reste insuffisant dans la population générale.

Pour améliorer la prise en charge de l’HTA dans la population des sujets vivant en France, la Société Française d’HTA se fixe l’objectif que la recommandation pour la prise en charge de l’HTA possède les caractéristiques suivantes : utilité pour la pratique, forme synthétique, bonne lisibilité, large diffusion auprès des professionnels de santé et de la population des sujets traités, évaluation de son impact chez les professionnels de santé et sur les objectifs de santé publique."

 

 

Société Française d’Hypertension Artérielle - www.sfhta.org

janvier 2013

 

GG-2013-02-27-a-23.51.56.jpg

 

 

télechargez le document complet  :  LIEN

 


 

et lisez ceci sur ATOUTE.ORG

GG-2013-03-17-a-14.58.30.jpg

 

En pratique :
- La première phrase surlignée ne veut rien dire
- La deuxième est illisible et s'autocontredit, tout en contredisant la première
- La troisième est un gag dont le piquant a sans doute échappé à ses rédacteurs. Ils y affirment donc que leurs travaux dépendent financièrement des industriels des médicaments de l'hypertension, tout en ne dépendant pas de ces mêmes industriels.

Peut être veulent-ils dire qu'une partie de leur cerveau et de leur vie professionnelle dépend de ces industriels, et qu'une autre partie ce même cerveau et de cette même vie professionnelle n'en dépend pas, et que les deux n'ont aucune connexion entre elles ?

"Les experts des sociétés savantes financées par l'industrie pharmaceutique, ça ose tout, c'est même à ça qu'on les reconnaît"

Le changement, c'est quand ?
Dernière modification par d_dupagne 17/03/2013 à 12h25.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :