Publié par Responsable éditorial

 26 avril au 2 mai 2011copieecran-2011-04-14-a-20.17.33.jpg

Semaine européenne de la vaccination

 Enfants, adolescents, jeunes adultes 

Penser à vérifier que les vaccins sont à jour

 

Tuberculose

 

 

La tuberculose est une maladie infectieuse due à des bactéries appelées bacilles de Koch. Elle doit son nom à la forme caractéristique « en tubercules » des lésions produites par les germes responsables de la maladie. La tuberculose se manifeste par des symptômes tels que la toux, la fièvre, la fatigue, l’amaigrissement, le manque d’appétit. Mais il est possible d’avoir une tuberculose et ne pas se sentir malade. La tuberculose atteint le plus souvent les poumons mais pratiquement  tous les organes peuvent être touchés (appareil respiratoire, ganglions, peau, système nerveux, système urinaire, os…).Des complications graves peuvent survenir, en particulier avec des atteintes osseuses, des méningites, des formes disséminées (miliaires).

Seules les tuberculoses de l’appareil respiratoire sont contagieuses, ce sont les plus fréquentes. En effet, La tuberculose se transmet par voie aérienne d’un malade contagieux à un sujet sain par l’intermédiaire de fines gouttelettes porteuses de bacilles éliminées dans l’air en parlant et en toussant. Après inhalation, quelques bacilles parviennent aux alvéoles pulmonaires.

Le risque d’être contaminé et de développer la maladie est d’autant plus important que la personne atteinte diffuse autour d’elle beaucoup de bacilles (toux, gouttelettes, postillons), que le contact est rapproché, répété, et en atmosphère confinée (local étroit, mal aéré). Après avoir été exposées au bacille de la tuberculose, certaines personnes vont être infectées et environ 10 % d’entre elles vont secondairement développer la maladie. Le risque de développer la maladie est plus important chez les jeunes enfants et les personnes immunodéprimées, mais ce sont les adultes (parfois aussi les adolescents) qui les contaminent, les enfants étant exceptionnellement contagieux. La tuberculose peut être mortelle si elle n’est pas soignée.

 

La vaccination par le BCG permet d’éviter les formes graves de tuberculose chez l’enfant, en particulier les méningites tuberculeuses.  Le vaccin apporte  une protection de 75-80 % contre les formes graves de la maladie. Il protège contre 50-60 % des formes pulmonaires de tuberculose pendant une durée de l’ordre de 15 ans.

 

En 2009, 5 276 cas de tuberculose ont été déclarés. La France est aujourd’hui considérée comme un pays à faible incidence de tuberculose avec cependant des incidences élevées dans certains groupes de population et dans certaines zones géographiques. La maladie touche principalement les personnes âgées, les populations en situation de précarité et les migrants en provenance de régions comme l’Afrique subsaharienne où la prévalence de la tuberculose est élevée. L’Ile de France et la Guyane déclarent un taux élevé de tuberculose comparé aux autres régions françaises.

L’obligation de vaccination par le BCG a été suspendue en juillet 2007 et remplacée par une recommandation de vaccination des enfants à risque de tuberculose[1]. La vaccination BCG doit être pratiquée le plus tôt possible chez les nourrissons à risque élevé de tuberculose (à la naissance ou au cours du premier mois de vie) et jusqu’à l’âge de 15 ans pour les enfants à risque élevé non encore vaccinés. Il s’agit principalement des enfants résidant en Ile-de-France ou en Guyane, des enfants nés dans un pays de forte endémie tuberculeuse (Afrique, Asie, Amérique Centrale et du Sud, Proche et Moyen-Orient, Russie et pays de l’ex-URSS), de tous les enfants dont un des parents est originaire d’un pays de forte endémie et de tout enfant devant séjourner au moins un mois dans un pays de forte endémie. De façon plus générale, tous les enfants dont la situation est jugée par le médecin à risque d’exposition au bacille tuberculeux, notamment ceux vivant dans des conditions de logement défavorables (habitat précaire ou surpeuplé) ou de conditions socio-économiques défavorables ou précaires, doivent être vaccinés par le BCG.

 



[1] Décret n° 2007-1111 du 17 juillet 2007.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :