Publié par Formation Médicale Continue

 

la version 2014 des « recommandations sanitaires aux voyageurs » se distingue des précédentes par la partie très importante consacrée à la prise en compte de maladies d’importation, souvent d’apparence banale au retour de voyages (pneumopathies, fièvre, dermatose), mais susceptibles de générer des problèmes de santé publique en france par leur capacité à s’y implanter ..

 

GG-2014-06-05-a-11.59.58-copie-1.jpg

télécharger le bulletin en cliquant sur les images (8,74 Mo)

 

 

 

 

Tableaux et figures  http://www.invs.sante.fr/beh/2014/reco/liste-tableaux.html  


 

GG-2014-06-05-a-12.00.06.jpg

introduction à la pathologie du Voyage


          Les voyageurs, quelles que soient leur destination et les conditions du voyage, sont fréquemment victimes de problèmes de santé. le taux de voyageurs malades varie de 15% à 70% selon les études, en fonction du type de voyageurs, des destinations et des conditions de séjour. la diarrhée est toujours le plus fréquent des problèmes de santé en voyage, avec les affections des voies aériennes supérieures, les dermatoses et la fièvre. les études les plus récentes montrent aussi l’émergence de pathologies non infectieuses : mal d’altitude, mal des transports, traumatismes et blessures, d’origine accidentelle mais aussi intentionnelle.


          Le risque de décès par mois de voyage a été estimé à 1 pour 100 000 (1 pour 10 000 pour les personnes impliquées dans des opérations humanitaires). les causes de mortalité en voyage sont, dans la moitié des cas environ, cardiovasculaires. les autres causes de décès, plus en rapport avec le voyage, se partagent entre accidents de la voie publique, noyades, homicides et suicides. les infections ne rendent compte que de 1 à 3% des décès. les causes de rapatriement sanitaire sont proches de celles de la mortalité en voyage : traumatiques (accidents, loisirs, agressions), vasculaires (cardiaques et neurologiques) et psychiatriques.

          Si les étiologies infectieuses des décès ou des pathologies graves, imposant une évacuation sanitaire, sont peu fréquentes, c’est en grande partie parce que les recommandations qui suivent permettent de les éviter.

          Les voyageurs ayant été hospitalisés au cours de leur voyage ou rapatriés sanitaires présentent un risque de portage de bactéries multirésistantes (bmr) qui doit faire l’objet d’un dépistage en cas d’hospitalisation dans une structure de soins.


          Ces recommandations ont été élaborées par le comité des maladies liées aux voyages et des maladies d’impor- tation (cmvi) et approuvées par le haut conseil de la santé publique (hcsp) lors de la séance du 28 avril 2014 de la commission spécialisée maladies transmissibles. Elles tiennent compte des données du centre national de référence (cnr) du paludisme, du cnr des arboviroses, de l’institut de veille sanitaire (invs), et de l’agence nationale de sécurité des médicaments et des produits de santé (ansm) pour les vaccins et médicaments.


          Les recommandations figurant dans ce document ne peuvent prendre en compte l’évolution des risques et l’émergence de nouvelles maladies infectieuses. les recommandations aux voyageurs sont donc susceptibles d’être modifiées en fonction de l’évolution de la situation internationale. pour être informé de ces mises à jour, il est conseillé de consulter un des sites suivants :


http://www.sante.gouv.fr  

http://www.who.int/en
http://www.invs.sante.fr

http://emergency.cdc.gov

 

source : http://www.invs.sante.fr/beh/2014/reco/index.html

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :