Publié par Responsable éditorial

Unknown-copie-10.jpegClonazépam (RIVOTRIL®) per os utilisé hors AMM (notamment dans la douleur, les troubles anxieux et du sommeil) :

Pourquoi et comment arrêter ?

 


L’Afssaps a modifié les conditions de prescription et de délivrance des formes orales de clonazépam (Rivotril®), dont la seule indication est le traitement de l’épilepsie. Cette décision a été motivée par un abus, une dépendance et un usage détourné importants et croissants chez les toxicomanes, accompagnés de l’émergence d’un trafic reposant essentiellement sur la falsification d’ordonnances, et une utilisation très élevée et persistante dans des situations hors autorisation de mise sur le marché (AMM) où le rapport bénéfice/risque du clonazépam n’est pas établi.

En septembre 2011, l’Afssaps a adressé un courrier aux professionnels de santé afin de préciser les deux mesures modifiant les conditions de prescription et de délivrance des formes orales de Rivotril® .

la prescription sur ordonnances dites « sécurisées » depuis le 7 septembre 2011
la restriction de la prescription initiale aux neurologues ou aux pédiatres qui devront la renouveler chaque année. Les renouvellements intermédiaires pourront être effectués par tout médecin.
La mise en application de cette mesure, initialement prévue le 2 janvier 2012, a été reportée au 15 mars 2012  afin de permettre aux prescripteurs de disposer de suffisamment de temps pour entreprendre et obtenir l’arrêt complet du Rivotril® chez les patients pour lesquels la conduite du sevrage nécessite plusieurs mois.


Pour accompagner ces mesures, une mise au point a été élaborée afin d’aider le prescripteur à procéder à l’arrêt du Rivotril® utilisé hors AMM.

 


Clonazépam (RIVOTRIL®) per os utilisé hors AMM (notamment dans la douleur, les troubles anxieux et du sommeil) : Pourquoi et comment arrêter ?- Mise au point (15/12/2011)

 


 


Capture-d-ecran-2012-01-03-a-18.33.22.jpg

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :