Publié par Formation Médicale Continue

aprés l'article : Vaccination la première année : L’effet antalgique d’un biberon d’eau sucrée   LIEN

 

 

Plus d’eau sucrée avant la piqûre pour le nouveau-né ?


     Grand bruit dans le landernau de la néonatologie : l’eau sucrée n’aurait pas l’effet analgésique qui motive son administration avant des petits gestes douloureux, comme des prélèvements sanguins.

      Les semeurs de trouble, R Slater et coll. (1), ont utilisé pour la première fois un examen neurophysiologique, l’électroencéphalogramme (EEG),

pour évaluer l’atténuation de la douleur « procédurale » par le saccharose. Ils ont en effet identifié au niveau d’une électrode centrale, Cz, un potentiel évoqué spécifique d’un stimuli nociceptif.

      Leur essai contrôlé randomisé concerne des nouveau-nés à terme, bien portants et réveillés.carac_photo_1.jpg

Deux minutes avant un coup de lancette au talon, destiné à obtenir du sang capillaire, certains ont reçu 0,5 ml d’une solution de saccharose à 24 %, et d’autres de l’eau stérile en guise de placebo. Leur réaction a été appréciée par l’analyse de la seconde composante principale du potentiel évoqué (sur un bout d’EEG couplé au geste) et par la cotation du score PIPP* (qui combine l’expression faciale et des constantes vitales) pour la douleur à la piqûre, et par l’électromyogramme (EMG) du biceps fémoral pour le retrait du membre inférieur piqué.

Le protocole a été respecté chez 44 enfants, 20 avec le saccharose et 24 avec le placebo.

La comparaison des deux groupes d’enfants montre que

- l’activité cérébrale nociceptive après un coup de lancette au talon n’est pas différente après le saccharose de ce qu’elle est après le placebo (valeurs moyennes : 0,10 versus 0,08 ; p=0,46),

- le score PIPP est plus bas avec le saccharose qu’avec le placebo (valeurs moyennes, 5,8 vs 8,5 ; p=0,02). Sept enfants ne faisaient aucune mimique après la prise de saccharose (7/20 vs 0/24 ; p <0,0001).

- le réflexe médullaire de retrait du membre inférieur a une latence et une amplitude similaires avec le saccharose et le placebo.

En conclusion,

« le saccharose per os ne modifie pas significativement l’activité des circuits cérébraux et médullaires de la nociception ;

il est donc possible qu’il ne soit pas un produit analgésique efficace».

La baisse des scores de la douleur qu’il entraîne ne traduirait pas une atténuation de la douleur.

Alors faut-il bannir le sirop de saccharose des pharmacies des maternités et des unités de néonatologie ?

Pour les éditorialistes du Lancet (2), ce serait prématuré. L’étude de R Slater et coll. introduit de l’objectivité dans l’évaluation de la douleur du nouveau-né mais elle manque de puissance.


Et au final, le bien-être de l’enfant, apprécié par le PIPP, est plus important que la sensation désagréable détectée par l’EEG.

*PIPP : Premature infant pain profile



Dr Jean-Marc Retbi


1) Slater R et coll. : Oral sucrose as an analgesic drug for procedural pain in newborn infants : a randomised controlled trial. Lancet 2010; publication avancée en ligne le 1er septembre.
2) Lasky RE, van Drongelen W. Is sucrose an effective analgesic for newborn babies? Lancet 2010; publication avancée en ligne le 1er septembre.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :