Publié par Quotimed.com

Méningocoque C : La vaccination généralisée pour tous les jeunesUnknown.jpeg

  Le calendrier vaccinal 2010 recommande la vaccination antiméningocoque C de tous les jeunes de 1 à 24 ans.

 

Une mesure mise en place depuis plusieurs années par nos voisins européens et rendue nécessaire dans notre pays devant l’apparition d’épidémies locales dans diverses régions et le développement d’un clone particulièrement virulent...


    Obtenir rapidement une large couverture vaccinale.

      L’expérience de nos voisins a en outre permis de confirmer l’efficacité spectaculaire de la vaccination, qui, non seulement protège les jeunes vaccinés, mais qui, par un effet " troupeau ", bénéficie aux non-vaccinés, notamment les nourrissons.

 

       L’intérêt des vaccins conjugués, rappelle le Pr Denis, est de conférer une très bonne mémoire immunitaire et de réduire le portage du méningocoque.

     Comme l’homme est le seul réservoir de la bactérie, si la couverture vaccinale est très large, l’incidence des IIM C s’effondre.

C’est ce qui a été observé au Royaume-Uni, par exemple, où elle a chuté de plus de 90 % dans la population générale, avec la quasi-disparition des cas chez les moins de 3 mois. Ces résultats spectaculaires n’ont été possibles que grâce à l’obtention d’une couverture vaccinale de plus de 90 %, note le Pr Denis.

Cette vaccination contre le méningocoque C ne s’est pas accompagnée d’un switch capsulaire comme certains le craignaient, autrement dit les méningocoques B n’ont pas remplacé les C et n’ont pas acquis la virulence du C.


Selon le Réseau Epibac, les méningocoques sont responsables de la moitié des méningites bactériennes des jeunes jusqu’à 24 ans.

Le sérogroupe C est en cause dans un quart des cas.

Les jeunes enfants de moins de 4 ans et les adolescents et jeunes adultes de 15 à 24 ans sont les plus vulnérables vis-à-vis des IIM C.

Actuellement, 75 % des souches C appartiennent au complexe clonal ST 11 qui est associé à une plus grande fréquence de purpura fulminans et à un pronostic plus défavorable, et dont l’augmentation inquiète les experts.
Autant de données qui justifient pleinement la décision du CTV  de recommander la vaccination antiméningocoque C de tous les  jeunes de 1 à 24 ans révolus.

 

Le schéma vaccinal est simple puisqu’il se résume à une seule injection et que le vaccin peut être associé à tous les autres vaccins (pentavalent, ROR, antipneumococcique conjugué, hépatite B, HPV…) à condition  de réaliser les injections en deux sites différents

 

QUOTIMED.COM du 13 juillet 2010

Une réunion animée par le Pr François Denis, Responsable du pôle de biologie et hygiène - CHU de Limoges,
membre de l'Académie nationale de médecine.

 

 

tous les articles récents sur MENINGOCOQUE C

 


 

Le calendrier vaccinal a évolué le 22 avril 2010  (  BEH n° 14-15 )

    formation indemnisée


Vaccinations de l'enfant
Actualites 2010 (Un Jour)
images-copie-8.jpeg
 Jeudi 9 septembre  à Dinan 

expert  : Pr Christian MICHELET


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :