Publié par Responsable éditorial

Capture-d-ecran-2010-12-29-a-09.29.50.jpgMédicaments : scandale ou psychose ? : "C dans l'Air" du Jeudi 6 Janvier 2011

..

 

cliquez sur l'image : une heure d'émission

Capture-d-ecran-2011-01-08-a-07.14.23.jpg

http://www.france5.fr/c-dans-l-air/index-fr.php?page=resume&id_rubrique=1617


résumé

Après le Mediator, trois nouvelles molécules sont pointées du doigt pour leurs effets secondaires graves. Dans son édition de janvier, la revue Prescrire relance ainsi le débat sur la dangerosité de certains médicaments et sur la pharmacovigilance.


Alors que l’affaire du Mediator est dans tous les esprits, la liste des médicaments sur la sellette s’allonge. Dernier en date ? Le buflomédil, un vasodilatateur utilisé par quelques 100 000 patients pour des manifestations douloureuses de l’artérite au cours de la marche.

Dans son édition de janvier 2011, la revue spécialisée Prescrire - qui avait donné l’alerte sur le Médiator - revient ainsi sur les effets de cette molécule commercialisée depuis plus de vingt ans en France. "Sans intérêt thérapeutique démontré", selon la revue médicale, le buflomédil peut en revanche "occasionner des effets secondaires indésirables neurologiques et cardiaques, parfois mortels, en particulier en cas de doses élevées ou inadaptées à l’insuffisance rénale".

Des effets indésirables et une absence de bénéfice thérapeutique tangible du connus dès 2006, selon le magazine, qui avait déjà à cette époque publié un article. Mais plutôt que de proscrire ce médicament du marché, les autorités ont décidé de retirer uniquement le dosage fort (300 mg).

Une "demi-mesure" insuffisante pour les spécialistes de Prescrire, qui appellent à son retrait. Mais aussi à celui du nimésulide, un anti-inflammatoire qui donnerait lieu à "des hépatites graves" et de la vinflunine, un anticancéreux qui présenterait "une balance bénéfices-risques défavorable", alors même qu’il a un "prix très élevé".

Réagissant à la publication de cet article, la directrice adjointe de l’Afssaps a indiqué, mardi 4 janvier, que le buflomédil était "en cours de réévaluation de bénéfices-risques", et qu’une décision serait prise "dans les premières semaines de 2011".

Le ministre de la Santé, Xavier Bertrand, a pour sa part réclamé une amélioration et un renforcement de la pharmacovigilance. Il a également souhaité que les Français restent confiants vis-à-vis du système de santé, alors que beaucoup, cette saison, boudent la campagne vaccinale contre le virus de la grippe.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :