Publié par Responsable éditotial

 soirée de prévention des maladies cardio-vasculaires

qui se déroulera le

Mardi 20 novembre à 20H00

Salle Duguesclin à Dinan.

GG-2012-10-31-a-17.09.30.jpg
Projection du film " C'était un jour d'Avril...

en présence du réalisateur (et animateur exceptionnel de la soirée) André CLAMAGIRAND

 

suivie d'une table ronde

 

GG-2012-10-31-a-17.11.43.jpg 
CLIC du Pays de DINAN
Zone Atlante
7 rue de la Violette
22100 QUEVERT
Téléphone : 02.96.85.43.63 Télécopie : 02.96.39.57.74
 clicpaysdinan@yahoo.fr
Site internet : www.clic-dinan.fr


André Clamagirand, réalisateur et auteur du film "C’était un jour d’avril". Photo Julio PELAEZcs129.jpg
"Citation:
Hygiène de vie, suivi thérapeutique… Après le pépin coronarien et l’opération, il y a une vie. André Clamagirand est passé par là.
Il a bougé des montagnes. Apparaît comme une sorte de précurseur en la matière, soit la réalisation d’un film quasi pédagogique sur une maladie sérieuse comme l’insuffisance coronarienne. Un film ou plutôt son film. Qui parle de lui, de ce gros pépin de santé qui l’a fait basculer dans le monde des malades. Mais l’Hettangeois André Clamagirand s’est relevé, s’est mis à l’écriture, puis à la réalisation du fameux " C’était un jour d’avril".
La maladie, puis la réalisation du film et aujourd’hui, la passion…

André CLAMAGIRAND : « J’ai toujours tout fait avec passion et aujourd’hui c’est encore plus important que par le passé. Mon activité touche directement à la vie et ce qu’il est urgent de faire pour la préserver. Ce genre de conférences est indispensable pour sensibiliser, le public d’abord et aussi ceux qui sont passés par là. »
Vous-même, quand avez vous pris conscience de la gravité de votre état ?
« Lorsqu’un médecin vous annonce que vous avez neuf points de bouchés sur les trois artères coronaires, que votre cœur est endommagé à 75 %, qu’à 60 ans il a l’aspect de celui d’un vieux, alors vous comprenez que c’est très grave.
Pourtant il y a eu des signes, mon corps m’a envoyé des messages que je n’ai pas su lire ou écouter.
Je me rappelle m’être promené dans un parc, avoir été essoufflé et m’être dit que c’était rien que ça allait passer. A tord.
Ce qui m’est arrivé se répète, du fait de ces fameux facteurs à risque auxquels nous sommes tous exposés. Stress, cholestérol, tabac, alcool, hérédité… On parle ici d’hygiène de vie. »  "