Publié par Formation Médicale Continue

 

exit les Ordres ...


Ordre des Médecins :conseil-national.medecin.fr

Ordre des Masseurs Kinésithérapeutes  : ordremk.fr
Ordre des Infirmiers : ordre-infirmiers.fr

Ordre des Chirurgiens Dentistes: :ordre-chirurgiens-dentistes.fr

Ordre des Pharmaciens : ordre.pharmacien.fr

et autres ..

 


 

quant aux prévisionnistes !!


voir article : Constater.. chose facile .. prévoir par contre ??

 

  .....

 

 

GG-2014-06-05-a-20.02.23.jpg

article truffé de "nouveautés"!

 

 

 

 

 


.

 

  Source : LE PETIT BLEU

du Jeudi 5 au Mercredi 11 Juin 2014 - N° 3563

 

 

 


GG-2014-06-05-a-19.45.51.jpg

 

 

 

 


CONDITIONS D’EXERCICE  Au pôle médical, l'Ordre prie la sophrologue de s'en aller


source CONDITIONS D’EXERCICE par A.B. le 06-06-2014

http://www.egora.fr/sante-societe/conditions-d’exercice/182107-au-pole-medical-lordre-prie-la-sophrologue-de-sen-aller

 

       Un an et demi après son installation dans un pôle médical de Simandre (Bresse), Caroline Guillot a appris qu’elle n’avait plus le droit d’y exercer.

            "Je suis installée au pôle médical de Simandre depuis son ouverture il y a un an et demi. En début d’année, la mairie m’a même envoyé un bail professionnel pour une période de 6 ans. Mais 15 jours après, on m’informait que je ne pouvais plus exercer dans les locaux", raconte Caroline Guillot, sophrologue.

             En février, le conseil de l’ordre des médecins a en effet envoyé un courrier à la mairie de Simandre pour lui rappeler une règle : "Ne peut être admise l’association de médecins avec les professions dont les contours sont mal définis et pour lesquels la présence de médecins peut servir de caution et entretenir une certaine confusion sur leur champ d’exercice (ostéopathes, par exemple)."

En fait, il aura fallu que la sophrologue ait sa propre entrée et sa salle d'attente indique l'Ordre.

           Mais la municipalité s’étonne de la décision du conseil de l’ordre : "Nous n’avons reçu aucune subvention pour ce pôle médical parce que nous ne sommes pas considérés en désert médical. En finançant seul, on s’était dit qu’on pouvait faire ce qu’on voulait !", enrage le maire.

             Un argument que ne partage pas le conseil de l’ordre : "Les subventions n’ont rien à voir avec la déontologie, lâche Christiane Dalsace, la présidente du conseil de l’ordre des médecins de Saône-et-Loire. À la limite, tant que la mairie n’a pas trouvé de médecin à mettre dans le pôle, elle peut y rester", tranche-t-elle.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :