Publié par Responsable éditorial

 Consultez le BEH du 22 mars 2011images-1

 


La version 2011 reste donc identique à celle de 2010 quant au nombre de vaccinations.

*aucun nouveau vaccin n’y est intégré.

*rattrapage de la vaccination contre la rougeole.

*quelques adaptations sont proposées pour la fièvre jaune, la grippe saisonnière, les infections invasives à méningocoques et les infections à papillomavirus humain

Rougeole : rattrapage chez les jeunes adultes

Concernant la rougeole, il est désormais recommandé d’administrer deux doses de vaccin ROR aux personnes nées entre 1980 et 1991 au lieu d’une seule.

En d’autre termes, tous les sujets nés depuis 1980 devraient recevoir 2 doses de vaccin.

Cette nouvelle stratégie de vaccination chez les jeunes adultes vise à enrayer l’épidémie de rougeole qui sévit en France depuis 2008. En effet, cette dernière est liée à un taux de couverture vaccinale insuffisant pour éradiquer la maladie, ainsi que d’un rattrapage trop faible, ce qui laisse un nombre important d’adolescents et de jeunes adultes non immunisés. «Plus de 7000 cas ont été déclarés depuis le début de l’épidémie en France en 2008, et on en compte plus de 5000 pour la seule année 2010 », déplore Daniel Floret dans l’édito du BEH du 22 mars. La quasi totalité de ces rougeoles sont apparues chez des sujets non vaccinés ou qui n’ont reçu qu’une seule dose de vaccin (12% des cas).

Autre nouveauté dans la vaccination ROR : en raison des épidémies de rougeole actuellement observées dans les crèches, la recommandation de vaccination des professionnels de santé est étendue aux professionnels chargés de la petite enfance, sans sérologie préalable chez les personnes dont les antécédents de rougeole ou de vaccination sont incertains.

En pratique, le schéma vaccinal ROR devient le suivant :
– enfants âgés de 12 à 24 mois : une dose à 12 mois et une 2ème dose entre 13 et 24 mois
– pour les enfants accueillis en collectivité avant l’âge d’un an : une dose à 9 mois et une 2ème dose entre 12 et 15 mois
- pour les personnes nées depuis 1980 et âgées de plus de 24 mois : deux doses au total de vaccin trivalent, quels que soient les antécédents vis- à-vis des trois maladies.


En ce qui concerne la grippe, on voit le retour à une vaccination saisonnière classique (les femmes enceintes sans pathologies et les obèses ne sont plus ciblés parmi les personnes à risque). La vaccination de la grippe saisonnière reste donc proposée aux plus de 65 ans et à certaines personnes atteintes de pathologies sous jacentes, dont deux nouvelles : les maladies coronariennes et les antécédents d’AVC.

Pour les infections invasives à méningocoque, les recommandations ont évolué, étant donné la mise sur le marché d’un vaccin tétravalent A,C,Y,W135 conjugué (Menveo®) qui vise à protéger les adolescents à partir de 11 ans et les adultes contre cette infection.

Quant aux infections à papillomavirus, le Gardasil® n’est plus privilégié. Les deux vaccins quadrivalents (Gardasil®) et bivalents (Cervarix®) sont désormais considérés comme équivalents.

Autre changement qui concerne cette fois-ci la Guyane : on ne vaccine plus contre la fièvre jaune une femme qui allaite avant que l’enfant ait atteint l’âge de 6 mois. Cette modification découle de la notification de deux cas d’encéphalite liés au virus vaccinal de la fièvre jaune transmis d’une mère vaccinée à son enfant durant l’allaitement.

 


 

Consultez le BEH du 22 mars 2011

 

 



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :