Publié par Formation Médicale Continue

Rhumatologie

Art® 50 / Zondar®, Chondrosulf® et Piasclédine® : service médical rendu insuffisant dans le traitement de l'arthrose.

 

 


 

Actualités & Pratiques – N° 51 – Sept. 2013 – Focus DMLA

 

 

 

 

 Unknown-2.jpeg Art® 50 / Zondar®, Chondrosulf® et Piasclédine® : 

service médical rendu insuffisant dans le traitement de l’arthrose Unknown-1.jpeg

 

Le traitement de l’arthrose comporte des mesures hygiénodiététiques, orthopédiques et de kinésithérapie, adaptées selon le profil du patient.

Lors des poussées douloureuses, ce traitement comprend principalement des antalgiques.


Les médicaments dits antiarthrosiques symptomatiques d’action lente (AASAL) : chondroïtine sulfate, diacerhéïne, insaponifiables d’avocat et de soja, ont une autorisation de mise sur le marché limitée au traitement symptomatique à effet différé de l’arthrose de la hanche et du genou. Ils n’empêchent pas la dégradation articulaire.


Leurs effets sur la douleur et la gêne fonctionnelle liées à l’arthrose sont minimes et de pertinence clinique discutable.

De plus, il n’a pas été montré que ces médicaments permettaient de réduire la consommation d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) qui peuvent être délétères chez des sujets âgés.

L’effet de la glucosamine sur cette consommation est en cours de réévaluation.
Le service médical rendu par les médicaments réévalués est insuffisant pour justifier leur prise en charge par la solidarité nationale.
Pour en savoir plus, voir la fiche questions-réponses et la  synthèse d’avis sur « Art® 50 / Zondar®, Chondrosulf® et Piasclédine® : service médical rendu insuffisant dans le traitement de l’arthrose ».