Publié par revue de Presse

Grippe H1N1: « Les généralistes bientôt autorisés à vacciner » contre le H1N1
revue de Presse

Le Figaro constate que « Roselyne Bachelot a accepté d'impliquer les médecins libéraux dans la campagne ».
La ministre de la Santé a ainsi déclaré hier : « Nous pourrions, dans des conditions ciblées, en décembre, étendre la vaccination à certains cabinets médicaux ».
        Le quotidien remarque que « depuis quelques jours, plusieurs syndicats et organisations professionnelles de médecins libéraux et hospitaliers, mais aussi des spécialistes reconnus de la grippe, étaient montés au créneau pour réclamer cette possibilité, afin d'augmenter l'efficacité d'une campagne largement boudée par les Français ».
Le journal note toutefois que « la ministre s'inquiète des problèmes de «logistique» que cela va entraîner ».

        Roselyne Bachelot rappelle ainsi que le vaccin « est livré en flacons multidoses destinés à vacciner dix personnes. Il doit être conservé dans des conditions de froid bien précises comme tous les vaccins et une fois les flacons entamés il doit être utilisé dans les 24 heures ».

        Le Figaro note que « la balle est désormais dans le camp des médecins libéraux qui devront montrer qu'ils ont la possibilité de s'organiser ».
        Le quotidien livre notamment la réaction de Martial Olivier-Koehret, président de MG France, qui indique que « pour les personnes que nous suivons régulièrement, la vaccination pourrait être faite dans le cadre d'une simple consultation. Dans d'autres configurations, si les modalités sont complexes, il faudra convenir d'un mode de rémunération ».

    « Reste à savoir combien des 50 000 généralistes se déclareront volontaires et s'ils motiveront leurs patients », conclut Le Figaro.
       Le Parisien consacre pour sa part une page aux « couacs de la vaccination ».
         Le journal note en effet que « de nombreuses doses de vaccin Pandemrix finissent… à la poubelle. Tout bêtement parce que le vaccin de GlaxoSmithKline est conditionné par 10… et que s’il y a moins de 10 volontaires pour la piqûre dans la journée, on est obligé de jeter les doses inutilisées ».

Le Parisien se penche de plus sur « la colère grandissante de généralistes réquisitionnés, obligés de laisser en plan leurs patients pour aller, contre leur gré, dans des gymnases quasi vides aux côtés d’élèves infirmières même pas diplômées ».

Les Echos retient de son côté que « les fermetures d'établissements scolaires s'accélèrent ».
Le quotidien relève qu’hier, « 122 classes et 59 établissements scolaires étaient fermés. […] Depuis vendredi dernier, le nombre d'établissements fermés a quintuplé ».

affaire à  suivre ..........NDLR Webmestre

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :