Publié par Formation Médicale Continue

Et les mai­sons médicales que l'on voit fleurir dans les campagnes ?  
GG-2013-12-01-a-13.02.22.jpg

« Elies sont une réponse, mais elles doivent être installées en lien avec le monde mé­dical.

À la veille des municipales, certains maires poussent pour leur construction.

Si les locaux sont vi­des de médecins, cela ne sera pas très utile ... »


Patrick Romestaing, vice-président du conseil de l'ordre des médecins



 

Les médecins fuient les grandes villes Notamment Paris. Les nouvelles installations se font dans des régions réputées agréables, beaucoup dans l'Ouest.

Dans tous les esprits, désert médical rime forcément avec rural. Il faut dé­ sormais y ajouter la capitale. Entre 2007 et 2013, le nombre de médecins généralistes libéraux a chuté de 20 %, à Paris. « Le coOt de l'immobilier est tel que cela devient compliqué de s'installer », explique le Dr Jean-Fran­ çois Rault, spécialiste de la démogra­ phie médicale.
Comme tous les ans, le Conseil national de l'ordre des médecins pu­ blie son atlas régional. Un travail de titan qui permet de « bien mesurer toutes les disparités régionales. » Au plan national, le nombre de mé­ decins reste stable malgré la hausse significative des départs à la retraite. cc Les prospectives pour la période 2013/2018 montrent une baisse des effectifs en médecine générale et une hausse des autres spéciali­ tés. » Bonne nouvelle, à court terme, on verra augmenter le nombre d'oph­ talmologistes et diminuer les délais de rendez-vous. .

Pour leur installation, les médecins privilégient la qualité de vie: « Les très grandes villes attirent moins que des régions comme la Bretagne, les Pays de Loire, la Savoie ou les Pyré­nées. » Mieux vaut être malade à la mer ou à la montagne qu'à Marseille ou au fin fond de la Creuse.
« Les conditions d'exercice de hl médecine évoluent considérable­ ment, analyse Patrick Romestaing, vice-président du conseil de l'ordre.

Les patients devront accepter de se déplacer davantage ... »  Et les mai­sons médicales que l'on voit fleurir dans les campagnes ?

« Elies sont une réponse, mais elles doivent être installées en lien avec le monde mé­dical.  À la veille des municipales, certains maires poussent pour leur construction.  Si les locaux sont vi­ des de médecins, cela ne sera pas très utile ... »

Philippe LEMOINE.
 

OUEST FRANCE du  Vendredi 29 Novembre 2013

 


OF-11-2013-article-2-demographie-copie-1.jpeg

 

voir article complémentaire

http://www.fmcdinan.org/article-atlas-re-gionaux-de-la-de-mographie-me-dicale-2013-121347197.html