Publié par Formation Médicale Continue

retranscription intégrale d'un article du Dr Georges Jung


parution dans une revue médicale : Quotidien du Médecin (abonnés)

 



Cela suffit !

 

           Une révolte comme actuellement, notre corporation n'en produit que tous les 10-15 ans.


          Ce type de mouvement est caractérisé par un dépassement sur le terrain de toutes les oppositions intra-corporatistes libérales, voire libéral-public.


          C'est un cri unanime du cœur et de l'intelligence pour dire « cela suffit trop c'est trop».


          Une autre caractéristique est la transgression, comportement inhabituel du corps médical particulièrement imprégné de légitimisme, d'éthique, de pudeur sur soi et de neutralité face au patient.


          C'est refuser des gardes, fermer son cabinet, ne plus respecter les tarifs, ne plus télétransmettre, parler de soi et politique au patient lors des consultations. Ce type de mouvement se caractérise aussi par une étincelle - ici la loi Touraine.


          Mais éteindre l'étincelle n'éteint pas le feu car pour la base les motifs réels de révolte existaient avant l'étincelle et existeront encore une fois l'étincelle éteinte.


         Enfin une révolte nait du sentiment que la négociation ne peut plus résoudre les problèmes, tant les représentations et valeurs exprimées par le politique ne sont plus en phase avec ce que vivent les gens sur le terrain.


           Lorsque la ministre utilise l'argument des nantis face à une population en souffrance, elle nous insulte et manipule l'opinion publique.


          Nous sommes bien placés pour avoir accès à cette souffrance. Nous ne sommes pas au SMIC ni au chômage. Mais qu'elle ait l'honnêteté de dire comment ces revenus sont obtenus et ce à quoi ils correspondent: un temps de travail anormal devenu dangereux pour les patients, une protection sociale très faible voire inexistante sur certains thèmes, un cumul des emplois faute de pouvoir déléguer (secrétariat, informatique, entretien des locaux, comptabilité), ce qui accentue les dysfonctionnements de la partie soin.


           Lorsque l'on impose des mesures aussi infantilisantes que l'écriture non substituable à la main, que l'on transforme les  médecins en sbire des paperasseries administratives de l'État et de la protection sociale, lorsqu'on se la joue grande âme sociale via le tiers payant généralisé sur la sueur du travail de gestion des médecins, on montre à quel point on méprise le médecin simple subalterne: « l’intendance suivra. » `

 

        Lorsque l'on institue un mille-feuille de structures et acteurs pseudo complémentaires et des délégations de tache totalement irréfléchies et destructurantes du métier de généraliste, on exprime clairement que l’on n'a rien compris à ce métier et aux exigences basiques de toute activité de soins sur de l'humain.


           Lorsque l'on ne présente le secteur libéral que par le biais des dépassements d'honoraires, que l’on veut l’opposer au secteur public voire le mettre dans une guerre fratricide stupide, on casse, on nie ce qui fait l'exception française en matière de système de santé.

"

 

Dépasser l'étincelle de départ


           Grenelle est né d'une révolte étudiante en mai 1968. Les étudiants ont été l'étincelle dans une société, un monde des travailleurs en mal-être.

           Grenelle a été imposé par la rue et a mis fin à la révolte en traitant des sujets bien au-delà de l'étincelle du départ

 

        Pour que la révolte actuelle ait un sens, son résultat final ne saurait être focalisé sur la loi Touraine mais sur une remise à plat de ce qui est aujourd'hui insupportable dans l’exercice et les conceptions du soin.  


          Ainsi dans chaque département les acteurs doivent rédiger un cahier des doléances comme en 1789 (exercice administratif, exercice médical, protection sociale, DPC, démocratie sociale, vie conventionnelle ...) afin de spécifier aux politiques mais aussi aux représentants syndicaux qui iront négocier ce que majoritairement la corporation veut.

 

Dr Georges Jung

Compiègne (60)

  Raisons de la colère