Publié par Responsable éditorial

GG-2012-11-24-a-14.00.36.jpg "Le libéralisme est une doctrine de philosophie politique qui affirme la liberté comme principe politique suprême ainsi que son corollaire de responsabilité individuelle, et revendique la limitation du pouvoir du souverain." 

 


Une attaque délibérée contre le monde libéral !


          Dans son numéro du 16 novembre 2012, Le Généraliste consacre 4 pages sur les médecins salariés ou plutôt sur les élus porteurs de projets de centre de santé territoriaux.

C’est bien dommage que Le Généraliste ne soit pas venu s’informer directement auprès des premiers intéressés : les généralistes libéraux de la Sarthe.

          « Tout se passe même trop bien », selon les dires du maire de la Ferté-Bernard. Alors rassurons-le, effectivement, cela ne va pas pouvoir continuer longtemps comme çà. Informons les autres élus qui seraient tentés par la même expérience de ce qui n’est pas dit.

Depuis l’ouverture de son centre, un médecin libéral a déplaqué.

La permanence des soins sur ce secteur est en danger.


          Récemment mise en place par l’ADOPS 72 après un travail titanesque, la Sarthe est complètement couverte avec 10 secteurs et 8 MMG ; Un seul secteur pose des problèmes pour recruter des volontaires, celui de la Ferté Bernard, et actuellement, les plages n’y sont encore couvertes que grâce à l’apport solidaire de volontaires venus d’autres secteurs. La continuité des soins est également en danger : Pense-t-il sérieusement que les libéraux vont accepter de recevoir les patients du centre de santé aux heures de fermeture de celui-ci ?

          Sachez aussi qu’il n’y a pas de statut de médecin territorial. Le droit qui s’applique est celui du salarié territorial. C'est-à-dire qu’il a droit aux congés de récupération (de toute façon , le contrat de travail de la Ferté ne lui demandait pas de participer à la PDS ! ) , aux 35h , aux RTT… Dans ces conditions, ce n’est pas 3 , ni 4 salariés qui vont être nécessaires , mais au moins 15 à terme , puisqu’aucun libéral ne viendra plus s’installer dans cette ville , maintenant.

          Quant à la PDS , il faudra qu’il l’assume aussi. Enfin, je ne connais pas leur statut par rapport à la retraite, face à celui des libéraux qui doivent la prendre, eux, à 67 ans. « L’équilibre financier est sur le point d’être atteint » a aussi fait dire le maire lors des entretiens de La Baule de cet été. Mais un an auparavant, il nous tenait déjà le même discours. Comment peut-on croire que ceci est réalisable quand on connaît les charges de fonctionnement des cabinets libéraux (avec deux secrétaires) et que le chiffre d’affaires annoncé est de 120 000 euros par praticien. Enfin, ce projet de centre de santé municipal s’est construit par crainte de la pénurie médicale. Or, un projet porté par des médecins de la ville a été rejeté il y a quelques années par la municipalité. Devait-on y voir déjà quelques arrière-pensées politiques ?

          A Connerré, le maire a-t-il conscience qu’il prend le risque de déstabiliser d’autres communes alentour, comme Montfort le Génois par exemple, pour les mêmes raisons de PDS et de continuité des soins citées plus haut ? Et concernant, Le Mans, alors là le pompon… On apprend par la presse que la ville a en projet 4 centres de santé. Nous savions que le Maire avait lancé un groupe de travail sur la démographie médicale, car son rapporteur avait demandé le mois dernier, à nous rencontrer. Ce que nous avions fait. La discussion avait porté sur le centre de santé municipal de La Ferté. Bien sûr, l’avis du syndicat SML 72 majoritaire en Sarthe (60% aux dernières élections chez les généralistes) ne pouvait être que franchement négatif face à cette hypothèse de réflexion. Nous avions exprimé toutes nos certitudes de déstabilisation pour le département en cas de duplication de ce genre de solution. Belle concertation !

          Avec l’article 40 du PLFSS, qui permettra aux ARS de surfinancer les médecins territoriaux, on doit se rendre à l’évidence, c’est une attaque délibérée et idéologique contre le monde libéral qui se joue. Si les élus veulent conserver leurs libéraux dans leurs territoires, qu’ils commencent par ne pas leur appliquer le rétablissement de l’inique taxe professionnelle dont le changement de nom ne trompe personne. Dans une France où les médecins sont trop nombreux à être en situation d’épuisement professionnel, dans mon département où je sais que c’est une réalité pour beaucoup, ce n’est vraiment pas le moment de venir en rajouter. Gare aux conséquences.

Dr William Joubert, généraliste au Mans, président du SML 72

 


source : http://www.legeneraliste.fr/layout/Rub_ACTU.cfm?espace=ACTU&id_rubrique=1004&id_article=35109

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :