Publié par Preuves et pratiques

Fréquence cardiaque et durée de vie. 

Résultats d'une étude épidémiologique française

incluant 4.320 hommes de 42-53 ans, suivis pendant 20 ans :

les hommes dont la fréquence cardiaque au repos (FCR) s'est accrue de 7 bpm ont eu une mortalité accrue de 47 %.

Ceux dont la FCR à baissé de 7 bpm ont eu une mortalité diminuée de 18 %.

 D'autres études avaient préalablement montré qu'une FCR élevée, même stable, est associée à une augmentation du risque de mortalité.

La FCR doit donc être régulièrement surveillée.


Empana & Coll., Abstract 4203, Sessions Scientifiques de l'American Heart Association, Chicago, 15 novembre 2006.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :