Publié par Quotimed

Stratégie vaccinale contre la grippe A(H1N1) : décision après le 15 septembre

         Le président de la République et le Premier ministre rendront leur arbitrage dans la deuxième quinzaine de septembre pour arrêter la stratégie vaccinale contre la grippe A(H1N1).

          Lundi, le HCSP (Haut Conseil de la santé publique) publiera un avis sur la question, tenant compte des conclusions du comité de lutte contre la grippe.

     Cet avis, précise le ministère de la Santé, « sera intégré dans un ensemble de paramètres et reposera sur les recommandations scientifiques, sanitaires, mais aussi les contraintes logistiques (délais de livraison des vaccins) et date des AMM (autorisations de mise sur le marché) ».
Roselyne Bachelot présentera ensuite ses propositions à François Fillon et Nicolas Sarkozy.
-
Infovac H1N1



"Le point sur la vaccination – grippe A H1N1 article du 19 Aout  2009

       Pour avoir une possibilité de tenir l’engagement de la Ministre de garantir une vaccination contre la grippe A-H1N1 à l’ensemble de la population, les pouvoirs publics ont décidé d’organiser cette vaccination de grande ampleur de manière très cadrée dans des Centres de vaccination dédiés.

Les contraintes apparaissent multiples.
 
Voici les points principaux décidés par les pouvoirs publics :


-       A ce jour, sauf pour les plus de 65 ans, la vaccination devra se faire en 2 injections qui devront avoir lieu à un nombre de semaines d’écart potentiellement différent selon le fournisseur (3 ou 4 semaines probablement).
 La deuxième injection devra bien entendu être réalisée avec le vaccin du même laboratoire que celui de la première injection ;


-      Le vaccin utilisera un nouvel adjuvant très puissant qui imposera une pharmacovigilance étroite. L’AMM européenne pour ces vaccins devrait donc être assortie d’un suivi de pharmacovigilance précis qui impose un suivi administratif important (date des injections, doses, fournisseur, lots, etc.) pour assurer une traçabilité efficace ;

-       Etant donné la mise à disposition progressive des doses par les laboratoires pharmaceutiques (étalée sur 4 mois a priori), beaucoup d’incertitudes demeurent sur la capacité à vacciner d’importants groupes de population à la fois. Les populations les plus vulnérables ou les plus exposées devront être vaccinées avant les autres, ce qui va inévitablement poser de vraies tensions chez les patients qui devront attendre pour se faire vacciner.
    En effet, les 2,5 millions de professionnels de santé les plus exposés seront prioritaires au même titre que les femmes enceintes, les personnes s’occupant de nourrissons de moins de 6 mois (parents et professionnels), les sujets à risque (polypathologie à co-morbidité respiratoire) ;
     après ce premier groupe, ce sont les   3 - 18 ans qui seront appelés à se faire vacciner (transmission très rapide du virus dans ce groupe d’âge), avant le reste de la population.


-      La disponibilité tardive des vaccins (première livraison prévue début octobre pour les vaccins GSK) impose un calendrier vaccinal pour la grippe saisonnière (vaccin disponible le 21 septembre). En effet, les deux vaccins (grippe saisonnière et grippe AH1N1) devront très probablement être espacés de 3 à 5 semaines selon les laboratoires ;

-     Le circuit des vaccins de sortie d'usine à utilisation est pris en charge par l'Etat et la sécurité est assurée par la police ou l'armée ;

-      Les vaccins sont présentés sont une forme de flacons multidoses ; la manipulation devra être précise pour ne pas perdre de doses.  

En définitive, la vaccination non obligatoire mais entièrement prise en charge par les pouvoirs publics sera organisée sous l’égide des préfets de zones de défense (7 en France métropolitaine).

L'Etat a décidé d’assumer la responsabilité des injections et des éventuels incidents ou accidents par le biais de la réquisition des personnels volontaires.

        Les personnels soignants et administratifs effecteurs seront donc réquisitionnés sur la base du volontariat pour travailler par vacations dans les centres de vaccination mis en place par les préfets.

Seront mobilisés par ordre de priorité décroissant :

-Les médecins et soignants des centres de vaccination classiques dont les PMI, médecins du travail, médecins scolaires, etc. ;

-Les professionnels de santé retraités (publics et privés, médicaux et paramédicaux) ;

-Les médecins et soignants en formation (internes de médecine générale et internes d’autres spécialités) ;

-Les médecins remplaçants et retraités ;

-Les Médecins libéraux en exercice.



        Un comité de pilotage départemental animera cette campagne. Les CODAMUPS seront représentés au sein de ce comité de pilotage. .....

        Le lien entre les campagnes de vaccinations réalisées par les médecins généralistes (grippe saisonnière habituelle, pneumocoque) et la vaccination A-H1N1 demeure du ressort des médecins généralistes au même titre que les soins et l’information ou le conseil en particulier pour ce qui concerne les mesures barrières ...........

extrait du Telex MF France du 18 Aout 2009



Quotimed.com, le 20/08/2009

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :