Publié par Quotimed.com

Maîtrise des dépenses
arrêts de travail et transports sanitaires sont les deux priorités de Bachelot et Woerth

             Le déficit de l’assurance-maladie devrait plus que doubler en 2009 par rapport à 2008 .......
            RESPONSABLE de cette situation fort préoccupante : la crise économique avec la montée du chômage, la destruction de plusieurs milliers d’emplois, ce qui a provoqué une chute brutale de recettes ........
   

         Or, constatent aussi bien Roselyne Bachelot que Éric Woerth, le dépassement de l’objectif national des dépenses d’assurance-maladie (ONDAM) ne devrait être dépassé que de 400 millions d’euros. Ce qui confirme, s’est réjouie la ministre de la Santé « que notre politique de maîtrise progressive et médicalisée des dépenses porte ses fruits, mais que nous devons l’intensifier pour réussir à respecter l’ONDAM voté par le Parlement : il ne faut pas baisser la garde ».

Peut mieux faire

Deux postes de dépenses méritent aux yeux des deux ministres une attention particulière :
les indemnités journalières (IJ) et les transports sanitaires, sur lesquels ils demandent à l’assurance-maladie de « renforcer ses contrôles, en augmentant le nombre de mises sous accord préalable ».
6,7 % de hausse des IJ sur les quatre premiers mois de l’année,
et plus 7,4 % pour les dépenses de transports sanitaires,

cela appelle une action forte et rapide a insisté le ministre du Budget, qui souhaite en particulier que ces contrôles et ces mises sous accord préalables concernent d’abord les « gros prescripteurs ».

        De plus, l’assurance-maladie se rendra dans les deux cents hôpitaux qui prescrivent le plus de transports.

     On retiendra aussi de l’intervention de la ministre de la Santé sa volonté de renforcer la maîtrise médicalisée des dépenses : 60 % des objectifs fixés ont été atteints mais pour Roselyne Bachelot, c’est insuffisant.
« Je ne me contenterai pas d’un tel taux, a-t-elle affirmé. Nous devons faire mieux, beaucoup mieux. Une intensification de nos efforts de maîtrise médicalisée devrait nous rapprocher de l’ONDAM voté. » Dans cet esprit, le gouvernement souhaite que l’assurance assure la « meilleure diffusion possible », auprès des médecins,
des référentiels médicoéconomique de la Haute Autorité de santé. «

L’objectif est en effet de convaincre les médecins, a dit la ministre de la Santé, de prescrire en première intention, les soins ou les produits de santé, qui, à efficacité équivalente, sont les moins onéreux. »


JACQUES DEGAIN
Quotimed.com,
le 15/06/2009
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :