Publié par ODM

Observatoire de l’insécurité : 535 agressions en 2008

Comme chaque année, le Conseil national de l’Ordre a rendu publics les chiffres de l’Observatoire pour la sécurité des médecins, en partenariat avec l’institut Ipsos.

1. Les principales données pour 2008

Les chiffres de l’Observatoire reposent sur les déclarations volontaires des médecins. En 2008, ceux-ci ont déclaré 535 incidents contre 837 en 2007, 518 en 2006 et 639 en 2005. On reste au niveau des résultats enregistrés entre 2003 et 2006.

2. Quelques indicateurs
• La Seine-Saint-Denis est toujours le département le plus touché.
• Les ophtalmologistes et les psychiatres demeurent les spécialistes le plus souvent victimes de violences.
• L’intimidation verbale reste le principal motif d’incident (46 %), avant le vol et le hold-up (25 %).
• Le lieu de l’agression est le cabinet dans le cadre d’un exercice de médecine de ville dans 61 % des cas.
• On constate une surreprésentation des médecins généralistes et des violences en milieu urbain. Mais on note aussi une augmentation des déclarations en milieu rural : un phénomène à surveiller.
44 % des médecins ne déposent pas plainte après avoir été victimes d’un incident.

3. Les actions de l’Ordre des médecins
L’Ordre est conscient que ces chiffres ne traduisent pas complètement la réalité, un certain nombre de médecins n’informant pas l’Observatoire des agressions dont ils sont victimes.
     Il entend inciter davantage les médecins victimes d’agression à déclarer ces incidents à l’Ordre ou à déposer plainte. Il souhaite également intensifier ses relations avec les représentants des services de police, de gendarmerie et de la justice pour que les dispositions de la loi de mars 2003 sur l’insécurité - qui prévoient des peines aggravées pour les infractions commises à l’encontre des professionnels de santé - soient réellement appliquées. Aujourd’hui, les médecins ont plutôt le sentiment, au contraire, que leurs plaintes ne sont pas vraiment prises en compte.
    L’Ordre veut aussi organiser des actions de sensibilisation et de formation des médecins à la gestion des situations à risque. Enfin, l’Observatoire de l’Ordre intensifiera ses relations avec l’Observatoire des violences hospitalières du ministère de la Santé pour avoir un meilleur niveau d’information sur les agressions en milieu hospitalier.


Point de vue de l’Ordre
Dr Jean-François Guyonnard, coordonnateur du comité de pilotage pour l’Observatoire de la sécurité des médecins


« L’Ordre constate globalement une tendance inquiétante à la banalisation des actes de violence commis contre des médecins et, parallèlement, à une certaine résignation de la part des médecins qui ne veulent pas ou n’osent pas porter plainte. L’Ordre refuse ce phénomène de banalisation et fait tout ce qui est en son pouvoir pour s’y opposer. Nous devons notamment renforcer la sensibilisation des médecins pour qu’ils fassent systématiquement la démarche de porter plainte en cas d’incident. » _

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :