Publié par LE GENERALISTE

Le bilan mitigé de la consultation de prévention

          Pendant l’année scolaire 2006-2007, 3 300 généralistes et environ 200 pédiatres ont essuyé les plâtres de la consultation de prévention des 12-13 ans.
         
          Les résultats publiés mardi 26 mai dans le BEH mettent en évidence la faible participation des jeunes et des médecins, mais soulignent aussi l’intérêt sanitaire de ce type d’entretien.

          Alors que la réforme Bachelot remet au goût du jour l’idée d’une consultation de prévention chez le médecin généraliste, la dernière livraison du BEH (Bulletin Epidémiologique hebdomadaire) livre ce mois-ci le résultat des expérimentations sur la consultation de prévention auprès des filles de 12 ans et garçons de 13 ans.

           Au total, 3 365 entretiens ont ainsi été réalisés d’octobre 2006 à juillet 2007 par 3502 médecins libéraux (dont 3 318 généralistes) et dans trois départements : l’Aisne, les Yvelines et la Gironde.
Autant dire que, de prime abord, le bilan est mitigé.
La consultation, qui était rémunérée 2,5 C, n’a d’abord pas eu le succès escompté.
Malgré l’invitation de la Sécu, malgré la dispense d’avance de frais et malgré les relances des établissements scolaires fréquentés, le taux de participation de la population cible n’a été que de 8,7% en moyenne:
un peu plus en Gironde (9,2%) et dans l’Aisne (11%), un peu moins dans les Yvelynes (7,5%).

             Les médecins généralistes qui ont participé n’ont vu que 2,5 enfants en moyenne et les pédiatres 4,3.
Et au final, seuls 35% des praticiens ont reçu au moins un jeune dans ce cadre. Cette impression de demi-échec est renforcée par les indicateurs sanitaires relevés.
Ainsi la prévalence de l’asthme chez les 12-13 ans venus consulter (4,1%) apparaît-elle deux fois plus faible que la prévalence rapportée habituellement en milieu scolaire.
De même, les taux de couverture vaccinale relevés chez les jeunes semblent bien supérieurs à la moyenne attendue.

Tous constats qui tendent à indiquer que les enfants les moins suivis ne se sont probablement pas inscrits pour l’entretien.

Concernant les consommations de tabac (0,3%), d’alcool (0,4%) ou de cannabis (0,2%), elles apparaissent également dix fois moindres que ce que disent les études habituelles sur le sujet: un signe de biais de recrutement, peut-être, mais sans doute aussi un effet de la présence, la plupart du temps, des parents lors de la consultation de prévention...

         De ce point de vue, l’entretien de santé prévue par la réforme "HPST" évitera peut-être cet écueil, puisqu’il ciblera les 16-25 ans.
 
Malgré ces résultats un peu décevants, on peut tout de mêmer tirer de ces expérimentations quelques motifs de satisfaction. Ne serait-ce que du fait de leurs effets sur le suivi des jeunes.
En moyenne, ces entretiens ont duré une demi-heure, soit davantage que la moyenne du colloque singulier. De l’avis des praticiens, tous les sujets de santé ont pu être explorés, avec un examen physique dans 98% des cas.
Mais ce sont surtout les conséquences de l’entretien qui sont intéressantes, un tiers se soldant en effet par le renvoi vers un professionnel extérieur, un examen complémentaire ou la prescription d’un traitement ou d’un vaccin.
En particulier, une vaccination non à jour a été prescrite à près de 10% des jeunes patients et un problème de santé a été découvert chez 12,5% des enfants venus consulter : le plus souvent un problème d’ordre orthopédique ou traumatique.
 
Au total, les auteurs de l’article du BEH estiment qu’il faudrait faire évoluer l’organisation de ce type d’entretien. Et pour accroître la participation du corps médical, ils suggèrent notamment « l’identification d’un réseau de médecins volontaires consacrant par exemple une demi-journée par semaine à la prévention ». Enfin, ils soulignent que la convocation systématique de tous les jeunes d’une tranche d’âge n’est peut-être pas la solution idoine et proposent qu’ « un pré-screening soit d’abord réalisé dans le cadre de la médecine scolaire. »

http://www.legeneraliste.fr/layout/Rub_ACTU.cfm?espace=ACTU&id_rubrique=101859&id_article=22938


lien utile(webmestre):
EXAMENS SYSTEMATIQUE ET PREVENTION
L'examen médical périodique de l'adulte - Données probante. CMQ. 2009
 

BEH : Expérimentation d’un entretien de santé de prévention chez les primo-adolescents dans les départements de l’Aisne, la Gironde et les Yvelines, année scolaire 2006-2007
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :