Publié dans : Article formation Rhumatologie - Voir les 0 commentaires




L'outil FRAXTM a été développé par l'OMS pour évaluer les risques de fractures des patients. Il est basé sur des modèles individuels de patients qui intègrent les risques associés avec des facteurs de risques cliniques aussi bien que la Densité Minérale Osseuse (DMO) au col fémoral.

Les modèles FRAXTM ont été développé à partir de cohortes de populations étudiées en Europe, en Amérique du Nord, en Asie et en Australie. Dans sa forme la plus sophistiquée l' outil FRAXTM est informatisé et est disponible sur ce site. Plusieurs versions papier simplifiées, basées sur le nombre de facteurs de risques sont aussi disponibles, et peuvent être téléchargées pour une utilisation de bureau.

Les algorithmes du FRAXTM donnent une probabilité de fracture sur 10 ans. Les données obtenues sont les probabilités sur 10 ans de fracture de la hanche ou d'une fracture majeure ostéoporotique (fracture clinique de la colonne vertébrale, avant-bras, hanche ou de l'épaule).

Ceci est la version BETA

 

 

Âge Le modèle accepte les âges entre 40 et 90 ans. Si des âges inférieurs à 40 ans ou supérieurs à 90 ans sont entrés, le programme calculera les probabilités à 40 et 90 ans respectivement.
Sexe Masculin ou Féminin. Entrer ce qui est approprié.
Poids Le poids doit être entré en kg.
Taille La taille doit être entrée en cm.
Fracture antérieure Une fracture précédente signifie plus précisément une fracture antérieure à l'âge adulte survenue spontanément, ou une fracture résultant d'un traumatisme qui, chez un individu en bonne santé, n'aurait pas provoqué une fracture. Entrer oui ou non (voir aussi les notes sur les facteurs de risques).
Parents ayant eu une fracture de la hanche. Demander s'il y a eu une fracture de la hanche chez la mère ou le père du patient. Entrer oui ou non.
Actuellement Fumeur Entrez oui ou non selon que le patient fume actuellement du tabac. (voir aussi les notes sur les facteurs de risques)
Glucocorticoïdes Entrer oui si le patient est exposé aux glucocorticoïdes oraux ou y a été exposé pendant plus de trois mois à une dose de prednisolone de 5 mg par jour ou plus (ou une dose équivalente d'autres glucocorticoïdes). (voir aussi les notes sur les facteurs de risques).
Polyarthrite rhumatoide. Entrez oui si le patient a un diagnostic confirmé de polyarthrite rhumatoide. Autrement entrez non (voir aussi les notes sur les facteurs de risques).
Ostéoporose secondaire Entrez oui si le patient a des pathologies fortement associées à l'ostéoporose. Ceci inclut le diabète de type 1 (insulino-dépendant), l'osteogenesis imperfecta chez l' adulte, l'hyperthyroïdisme de longue date non-traité, l'hypogonadisme ou la ménopause prématurée (inférieure à 45 ans). la malnutrition chronique, la malabsorption et les maladies chroniques du foie.
Acool trois unités par jour ou plus Entrez oui si le patient prend 3 unités d'alcool par jour ou plus. Une unité d'alcool varie légèrement d'un pays à l'autre de 8 à 10 g d'alcool. C'est équivalent à un verre standard de bière (285 ml), une mesure unitaire de spiritueux (30 ml), un verre de vin de taille moyenne (120 ml), ou une mesure d'apéritif (60 ml)(voir aussi les notes sur les facteurs de risques).
Densité minérale osseuse
(DMO)
La DMO du col fémoral est entrée soit en T-score, soit en Z-score. Chez les patients sans test DMO, le champ doit être laissé blanc.

Notes sur les facteurs de risques

Fracture précédente
Une situation spéciale est créée par une histoire de fracture vertébrale antérieure. Une fracture détectée par une observation radiographique seule (une fracture vertébrale morphométrique) compte comme une fracture antérieure. Une fracture vertébrale clinique antérieure dont un patient souffre des conséquences, est un facteur de risques particulièrement fort. La probabilité de fracture calculée peut alors être sous-estimée. La probabilité de fracture peut aussi être sous-estimée en présence de fractures multiples.

Tabac, alcool, glucocorticoïdes
Ces facteurs de risques apparaissent avoir un effet dépendant de la dose. Plus élevée est l'exposition, plus grand est le risque. Ceci n'est pas pris en compte et l'analyse informatique suppose une exposition moyenne. Le jugement clinique doit être exercé pour des expositions faibles ou élevées.

Polyarthrite Rhumatoide (PR)
La PR est un facteur de risques de fractures. Cependant, l'arthrose n'est pas un facteur de risque et est, éventuellement, protectrice. Pour cette raison, on ne doit pas se fier à un rapport de " rhumatisme " par un patient à moins qu'il n'y ait une preuve clinique ou de laboratoire pour étayer le diagnostic.

Densité Minérale Osseuse (DMO)
La technologie et le site de référence sont la DXA au col fémoral. Les T-scores sont basés sur les valeurs de référence NHANES pour les femmes âgées entre 20 et 29 ans. Les mêmes valeurs absolues sont utilisées pour les hommes. Bien que le modèle soit construit pour la DMO au col fémoral, la mesure de la hanche totale est considérée équivalente pour prédire une fracture chez la femme.

 


 Centre de Collaboration de l'Organisation Mondiale de la Santé pour les Maladies Métaboliques des Os,
Université de Sheffield, Royaume-Uni

Par Formation Médicale Continue
Jeudi 10 juin 2010 4 10 /06 /Juin /2010 12:08

Ecrire un commentaire
Retour à l'accueil
Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés