Publié par Formation Médicale Continue

Ergonomie du poste de travail :Les éditeurs de logiciels veulent collaborer avec les acteurs publics

        Le poste de travail du médecin est devenu le creuset des réformes du   système de santé. Lors d'une conférence, il y a quelques jours, quatre   des principaux éditeurs de logiciels de gestion de cabinet ont tendu   la main aux acteurs publics pour apporter leur contribution aux   avancées fonctionnelles et techniques.

        UNE PREMIÈRE.
    La réunion organisée début avril par la FEIMA   (Fédération des éditeurs en informatique médicale ambulatoire) qui   regroupe quatre éditeurs majeurs, représentant 80 % des médecins informatisés, a permis un face-à-face officiel entre les acteurs de  terrain et les acteurs des projets gouvernementaux (GIP-CPS, GIP-DMP,   GIE-SESAM-Vitale, CNAM, porteurs de projets).
    Une rencontre d'autant   plus nécessaire que «le poste de travail du médecin est un enjeu de la  réforme de la médecine de ville», comme l'a rappelé le président de la  FEIMA, Thierry Kauffmann (Prokov Editions)   
     Le logiciel de gestion de  cabinet (LGC) est devenu très riche. «Nos logiciels ne sont pas en  retard par rapport à ce qui se fait à l'étranger», souligne Marilyne  Minault, d'Imagine Editions.

    Encore faut-il que leur fonctionnement ne soit pas perturbé par une  réglementation qui évolue tous les jours.
Deux tiers des appels des   hotlines éditeurs concernent les FSE et la réglementation.

    Régis Senagou, directeur de CEGEDIM Logiciels Médicaux, identifie  plusieurs types de problèmes :

– les éditeurs sont associés trop tardivement aux cahiers des charges. 

Ce qui les empêche d'anticiper ;
– les pouvoirs publics tardent à rendre les normes obligatoires  (coexistence de différentes versions de SESAM-Vitale, ambiguïté sur  les messageries sécurisées avec et sans CPS) ;
– l'ergonomie n'est pas prise en compte ;
– le manque de normes pour les projets régionaux de DMP, car les  éditeurs ne pourront pas développer un connecteur différent par projet.

                C'est à Eddie Anoufa, d'Axilog, qu'est revenu d'énoncer les  propositions de la FEIMA : participer à un environnement réglementaire  cohérent et à une vision large de l'ensemble des projets, contribuer  aux avancées fonctionnelles et techniques avec mise à disposition d'un  expert FEIMA, rester en contact permanent avec l'organisation de  réunions régulières
     Présents, Jacques Sauret et Jacques de Varax,  respectivement directeur du GIP-DMP et du GIE-SESAM-Vitale, ont salué  l'un «l'esprit de la réunion et le souhait de travailler ensemble» et  l'autre «une réunion très utile qui permet de poser les vraies  questions».
On attend la suite, puisque la simplification du poste de  travail du médecin est un des objectifs du plan stratégique des  systèmes d'information de santé.

M-F. P.
Le Quotidien du Médecin du : 10/04/2008
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :