Publié par R.E.P.O.S

Image-1-copie-2.pngImage-1-copie-2.pngASSOCIATION R.E.P.O.S. Respect et Egalité des Professionnels dans l’Organisation des Soins.
cliquez sur l'image
172 place du Champ de Foire
01400 Chatillon sur Chalaronne
Tel 06 78 89 34 24

à Monsieur André Flageolet Député UMP du Pas de Calais

Chatillon sur Chalaronne Le 28 février 2008

"Si, je suis favorable à l’idée de récompenser le volontariat, mais je crois nécessaire de pénaliser, surtout qu’ils sont très peu nombreux, ceux qui ne jouent pas le jeu."


Monsieur

        Cette phrase est issue de vos récentes réponses aux questions des journalistes du Quotidien du Médecin. Je l’ai relue plusieurs fois, en essayant de comprendre ce que vous vouliez dire.Je l’ai lue alors à mes enfants âgés de 10 à 16 ans. Ils m’ont confortée dans mon interprétation : »ça veut dire qu’il n’y a plus volontariat mais bien obligation ».Voilà, les choses sont plus claires, énoncées ainsi.

        Monsieur le député,je vous rappelle quelques réalités auxquelles nous sommes confrontés aujourd’hui en France :Les médecins généralistes sont de moins en moins nombreux ,pas plus de 55 000 ce jour en France. Leur moyenne d’âge avoisine les 50 ans,. Les jeunes médecins sont très réticents à exercer ce métier dont les exigences ne sont pas à la hauteur des moyens mis en œuvre. Les jeunes médecins sont majoritairement des femmes qui aspirent à partager leur vie de façon plus équitable entre le travail et la famille.Toutes ces réalités semblent bien loin des incantations politiques qui dégoulinent à longueur d’ondes ou de journaux sous la pression sans doute des électeurs.

        Monsieur le député, sachez également que le récent rapport du CNOM sur la PDS nous informe que les réquisitions préfectorales continuent à contraindre les non volontaires dans 41 départements sur 90 départements français .La coercition existe d’ores et déjà d’autant que ces médecins réquisitionnés ne touchent pas le montant de leurs astreintes et ne choisissent pas les dates de leur réquisition. Ils sont donc bien punis de ne pas être volontaires…Et pourtant, depuis 2003, depuis le décret de loi sur le volontariat, la réquisition est devenu un moyen commode « d’organiser « la mission de service public qu’est la permanence des soins. Pourquoi donc les préfets continuent-ils à réquisitionner ?Les médecins sont ils à ce point inconscients,irresponsables,rebelles,idiots aussi ?

        La réponse semble plus complexe et le rapport du CNOM nous livre quelques éléments : Dans les départements où les non volontaires sont nombreux,il n’y a plus de garde de nuit.Y-a-t-il dans ces départements plus de décès liés à cette absence de PDS ?En auriez-vous vous-même été informé ?Mais pourquoi donc alors les préfets,dans ces départements continuent-ils à prendre le risque de cette inorganisation du service public ? le nombre des volontaires est en baisse.Les médecins seraient-ils à ce point inconscients ?ou masochistes ?

                La réponse est donnée aussi par les membres de cette association qui luttent pour faire abolir les réquisition,véritable travail forcé. Les médecins qui refusent la garde le font souvent car ils ne peuvent pas se relever la nuit entre deux jours de 12 heures de travail sans compromettre la vie de leur patients ou la leur. Le code du travail impose aux travailleurs de se soumettre à une visite d’aptitude. Pour les médecins, même femmes enceintes, même vieillissants aucun ne peut bénéficier de cette protection. Pourquoi, alors qu’ils sont considérés comme acteurs du service public ?Serait-ils surhumains,infatiguables,épargnés par les effets délétères du manque de sommeil et du surmenage ?Et que faire de leurs patients s’ils sont contraints de se reposer le lendemain d’une garde ?Les adresser au service des urgences, par exemple ?Ne frise-t-on pas le ridicule ?

        La réponse parfois n’est pas celle qu’on attendait :parfois des médecins se suicident,d’autres ont un accident car le manque de sommeil équivaut à l’absorption d’alcool en terme de conduite automobile comme d’exercice de la médecine.D’autres montent leur tension et font des accidents cardiovasculaires.

        La réponse est parfois d’une logique infaillible :beaucoup de ces médecins réquisitionnés dévissent soit pour changer complètement d’activité soit pour un poste salarié,soit pour aller s’installer en ville,dans une ville où la permanence des soins est professionnalisée au prix fort d’ailleurs mais c’est un autre histoire.

            Monsieur le député, exigez, inscrivez dans la Loi, pénalisez, réquisitionnez, vous ne ferez qu’accélérer l’exode rural. Plus sage serait de repenser le problème dans sa globalité, d’interroger l’absence de régulation de l’accès aux services d’urgence et de professionnaliser intelligemment et économiquement la permanence des soins. Monsieur le député, les patients, les citoyens demandent à être guidés, conseillés et soignés les nuits et les jours fériés. Ils demandent qu’on y mette un certain sérieux. Je ne vois rien de tel dans vos propositions.
        Après ses 60 heures de service hebdomadaire, le médecin de jour ne peut pas raisonnablement se transmuter en médecin de nuit.

Docteur Guillemette REVEYRON Réquisitionnée dans un secteur déficitaire
Présidente de l’Association REPOS

-
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :