Publié par http://www.cotes-darmor.pref.gouv.fr/


  Permanence des soins : un premier bilan encourageant

 Mise à jour le : 19/09/2005
 Six semaines après sa mise en oeuvre, Pierre-Henry MACCIONI, Préfet des Côtes d’Armor, tire un bilan encourageant du dispositif de permanence des soins adopté
en juillet dernier.

La demande et l’offre de soins ont beaucoup évolué lors de ces trois dernières décennies. Les textes réglementaires parus depuis 2003 sur l’organisation de la permanence des soins ont reformé en profondeur les modalités de participation des médecins libéraux à la permanence des soins en axant celle-ci sur la concertation et le volontariat.

L’adoption, en juillet dernier, par l’ensemble des membres du CODAMUPS*, du cahier des charges définissant la nouvelle organisation de la permanence dans le département a permis de décliner localement ce nouveau cadre réglementaire et a contribué à résoudre un certain nombre de difficultés anciennes. Concrètement, la nouvelle organisation mise en place cet été s’est traduite par :
· la refonte du découpage des secteurs de gardes médicales pour s’adapter au mieux aux besoins de la population et le fonctionnement de maisons médicales de garde dans 8 secteurs ;
· la régulation médicale préalable à l'accès à la permanence des soins qui est assurée au SAMU par les médecins libéraux aux heures de fermeture des cabinets;
· la mise en place pour la période de minuit à 8 heures de visites à domicile effectuées sur l’ensemble du département par trois médecins libéraux disponibles et volontaires, afin de garantir à la population la continuité des soins.

Après un mois et demi d’application, l’ensemble des acteurs de la permanence des soins s’est réuni hier en préfecture pour dresser, point par point, un premier bilan de ce nouveau dispositif.

La sectorisation
En adaptant, comme prévu, par arrêté préfectoral la sectorisation et en portant de 9 à 17 le nombre de secteurs permanents, le système mis en place semble bien adapté aux besoins de la population.

Le bilan, tiré à ce jour, de la nouvelle sectorisation met en évidence le bon fonctionnement général des gardes médicales dans chacun des 17 secteurs de garde institués, où les consultations sont assurées par un médecin généraliste de 20 heures à 24 heures la semaine, de 14 heures à 24 heures le samedi et de 8 heures à 24 heures le dimanche et les jours fériés.

Des aménagements au découpage de certains secteurs devront être recherchés pour prendre en compte la particularité des zones frontalières du département. Par ailleurs, un renforcement des procédures de vérification des prises de garde dans chacun des 17 secteurs a été adopté.

La régulation par des médecins libéraux des appels au centre 15

La régulation des appels est basée sur la présence conjointe sur certaines plages horaires d'un médecin libéral et d'un médecin hospitalier. Le taux de présence des médecins libéraux au SAMU pour assurer cette fonction est bon même si un léger effort reste à faire pour atteindre une présence à 100% certains dimanche soir.

Les visites à domicile

Afin de garantir à la population la continuité des soins, l’organisation de la permanence des soins en vigueur depuis le mois de juillet dans les Côtes d’Armor prévoit, dans les cas où le patient est dans l’incapacité réelle de se déplacer, la réalisation de visites à domicile effectuées sur l’ensemble du département par des médecins libéraux disponibles et volontaires.

Si le système ainsi mis en place est opérationnel de jour comme de nuit, le taux de couverture de ce dispositif est perfectible car il demande une plus forte mobilisation des médecins libéraux.

 * * * * * * * *

Au total, la nouvelle organisation de la permanence des soins, après ces premières semaines de fonctionnement, donne satisfaction et montre une nette amélioration par rapport à la période préexistante grâce à une meilleure répartition des rôles de chaque intervenant. Le bilan qui en a été tiré hier est donc encourageant et de nouvelles pistes d’amélioration de son fonctionnement ont pu être dégagées dans la concertation.

Au-delà des actions correctrices engagées à l’issue de ce premier bilan, ce dispositif sera amené à connaître d’autres évolutions au regard des conclusions de l’enquête actuellement effectuée par l’IGAS (Inspection Générale des Affaires Sociales) sur le dispositif national de la permanence des soins.
Les conclusions de cette enquête sont attendues pour la fin de l’année.



 * Le CODAMUPS (COmité Départemental de l’Aide Médicale d’Urgence et de la Permanence des Soins) rassemble l’ensemble des acteurs de la médecine d’urgence : SAMU, SMUR, SDIS, médecins libéraux, ambulanciers…
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :