Publié par Formation Médicale Continue

Insee Première n°1155 - août 2007ip.gif

Les personnes en couple vivent plus longtemps

Rachid Bouhia, division Enquêtes et études démographiques, Insee

À âge donné, les personnes qui vivent en couple risquent moins de décéder que les personnes qui vivent seules. Une fois arrivées aux grands âges, celles qui n’ont jamais vécu en couple font exception.

En revanche, à tout âge, une séparation ou le décès du conjoint s’accompagne d’une surmortalité, à laquelle les femmes semblent mieux résister. Situation conjugale et risques de mortalité partagent des origines communes.

La précocité des décès de ceux qui n’ont jamais vécu en couple résulte ainsi souvent d’une conjonction de facteurs de santé, sociaux et professionnels défavorables qui recoupe leur difficulté à fonder un foyer.

Les hommes et les femmes qui ont eu deux enfants ont un moindre risque de mortalité.


lire la suite..........

Solitude dans la vie et mortalité.
Résultats d'une étude de l'INSEE : entre 40 et 50 ans le taux de mortalité est 2 à 3 fois plus élevé chez les gens seuls que chez ceux qui vivent en couple.
Cette surmortalité est plus marquée chez les hommes et persiste après 80 ans.
Chez les femmes de 80-90 ans, le taux de décès suivant l'année de séparation d'avec leur conjoint est de 54 % (versus 50 % pour celles qui sont toujours en couple).
Mais un célibat "fidèle" coïnciderait, pour les 2 sexes, à une plus faible mortalité lorsqu'ils parviennent aux très grands âges...

Rachid Bouhia, division Enquêtes et études démographiques, INSEE PREMIERE, août 2007 ; n° 1155.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :