Publié par Généralistes Enseignants - DINAN

cnge.png
Vincennes, le 17 juin 2007
 
Chers Amis,
 
    La première décision du gouvernement à propos de la Médecine Générale universitaire concernait le nombre de nominations d’enseignants associés.
 
    Contrairement aux engagements pris, cette décision s’est faite à notre détriment dans la stricte continuité de la politique du Ministre de l’Enseignement supérieur précédent et sans la rupture annoncée.
 

        Pire que les années précédentes, il a été annoncé la création de 6 postes nouveaux pour la Médecine Générale pour toutes les facultés de Médecine de France.
 
        Malgré une explication détaillée, des rendez vous avec les conseillers ministériels, des courriers à Mmes les Ministres, les mêmes décisions aveugles entérinent les sous effectifs ahurissants dans les départements de Médecine Générale.
 

        Les décisions finales passent par les mêmes cribles et son toujours aussi défavorables à la discipline.
 
        Pourtant le CNU, avec à sa tête le Pr. Beylot qui a été un soutien constant pour la discipline, a estimé que l’hypothèse des 6 postes « serait catastrophique pour le développement de la filière universitaire de médecine générale et la préparation de la relève ». Il a identifié 25 dossiers très bons à excellents et 8 de plus qui pourraient faire l’objet de nomination « sans difficulté ». Nous arriverions sans peine à 50 dossiers si toutes les UFR avaient présenté leurs candidats ce qui n’est pas le cas.
 
       Il est indispensable de réagir immédiatement, car les lignes peuvent bouger si la mobilisation est forte. C’est d’autant plus nécessaire que le dossier des enseignants cliniciens ambulatoires est sur le bureau du Ministère de la Santé et celui des premiers titulaires et chefs de clinique sur celui des deux ministres. Si nous ne montrons pas notre détermination dans la circonstance, le pire risque de se reproduire.

        Pleinement en accord, le SNEMG et le CNGE vous demande donc d’écrire en urgence à Mme PECRESSE. Nous vous proposons une lettre type en pièce jointe que vous pouvez adapter si vous le souhaitez.

Merci d’envoyer ce courrier LE PLUS VITE POSSIBLE daté et signé au
  SNEMG 6bis rue des deux communes 94300 VINCENNES

    Nous remettrons ces courriers groupés au ministère. Tous les responsables de département et de collège quel que soit leur niveau de responsabilité doivent envoyer ce courrier. Diffusez le aux ECA. Diffusez le.
 
        Merci d’en envoyer copie de votre réponse à votre doyen de faculté pour l’informer de notre réaction collective et de notre mécontentement, à la fois pour marquer notre volonté et car l’information remontera aussi par ce canal.
 

        Nous pouvons changer la donne pour maintenant et pour l’avenir. Cela dépend d’abord de nous.

                    Cordialement
 
Pour le bureau du SNEMG  Vincent Renard v.renard@cnge.fr  06 25 80 33 29

Téléchargez le courrier type

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :