Publié par Formation Médicale Continue

VIH : la PrEP, un outil pour réduire la transmission du virus mais qui ne remplace pas le préservatif

VIH : la PrEP,

un outil pour réduire la transmission du virus

mais qui ne remplace pas le préservatif

 

En parallèle de ses nouvelles recommandations sur la stratégie de dépistage du VIH, la Haute Autorité de Santé (HAS) publie aujourd’hui également une fiche de bon usage de la PrEP (prophylaxie pré-exposition) par Truvada® à destination des professionnels de santé qui seraient amenés à prescrire ce médicament à l’hôpital et dans les CeGIDD (primo-prescription et renouvellement annuel) ainsi qu’en médecine de ville (renouvellement trimestriel).
Pour la HAS, la PrEP par Truvada® est un outil complémentaire pour réduire la transmission du VIH dans des populations à haut risque, mais qui ne remplace pas le préservatif.

 

Qu’est-ce que c’est ?

La PrEP est un nouveau moyen de prévention du VIH qui repose sur la prise d’un médicament par une personne non infectée par le VIH ayant des conduites à risque d’infections.

 

Quelle efficacité ? Quels risques ?

La HAS insiste sur le fait que la PrEP ne peut pas remplacer le recours au préservatif, qui est le seul outil de prévention efficace à la fois sur le VIH et les IST.

Truvada® dans la PrEP :

  • réduit le risque d’infection du VIH, mais ne l’élimine pas (réduction du risque de 44 à 86% selon les études) ;
  • ne protège pas des autres infections transmissibles sexuellement (syphilis, gonococcie, chlamydiae,…) ou par le sang (hépatite C) ;
  • peut entraîner des effets indésirables graves (insuffisance rénale et fragilité osseuse) ;
  • a une efficacité maximale uniquement si le schéma de prise (continue ou discontinue) est strictement respecté.

 

À qui s’adresse la PrEP ?

La HAS est favorable à l’utilisation de Truvada® en PrEP pour réduire la transmission du VIH chez :

  • les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes, personnes transgenres et prostitué(e)s/travailleur(se)s du sexe non infectées par le VIH et ayant des rapports sexuels à risque ;
  • les usagers de drogues injectables non infectés par le VIH et qui échangent leurs seringues.

 

Face à ces pratiques qu’on ne peut ignorer, la position de la HAS s’inscrit dans un objectif de réduction des risques et pour éviter de nouvelles contaminations.

La prescription de Truvada® en PrEP doit s’accompagner systématiquement – lors de la consultation médicale initiale comme lors de chaque renouvellement – d’un dépistage de l’infection à VIH et de fortes recommandations d’utilisation de préservatifs ou de recours à des seringues stériles, à usage unique et personnelles pour les usagers de drogues.

Mis en ligne le 24 mars 2017

En savoir +

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :