Publié par Formation Médicale Continue

Une étude récente, publiée dans le NEJM, se penche sur l’effet de 4 mesures d’hygiène de vie sur le risque d’accident coronarien (angor instable, infarctus). Les auteurs ont aussi évalué cette influence en fonction du risque génétique.

 

Dans cette analyse, les auteurs montrent clairement que, quel que soit le niveau de risque génétique présenté par un patient, l’absence de tabagisme, l’absence d’obésité, l’activité physique régulière et une alimentation saine sont associés (ensemble et séparément) à une réduction significative du risque d’accident coronarien (avec une réduction globale de 46 %), .

 

Cette analyse, effectuée sur plus de 55 000 patients issus de 4 cohortes américaines, est importante car elle montre clairement que les conseils et efforts d’hygiène de vie peuvent bénéficier à tous les patients, qu'ils aient un risque génétique élevé ou non.

 

C’est une bonne nouvelle pour les patients qui craignent que leur prédisposition génétique soit une fatalité contre laquelle ils ne peuvent pas grand chose. Par contre, c’est une moins bonne nouvelle pour les personnes qui pensent que l’absence de prédisposition génétique les protège même en l’absence de mesures d’hygiène de vie !

 

 

Pour en savoir plus cliquez sur le lien de la source