Publié par Formation Médicale Continue

E-SANTÉ

Les Côtes-d'Armor préparent la mise en place en septembre du nouveau dossier médical partagé


Publié le 21/06/16 - 16h30 - HOSPIMEDIA

 

Les Côtes-d'Armor font partie des neuf départements sélectionnés* qui pourront tester dès septembre prochain les nouvelles fonctionnalités du dossier médical partagé (DMP), passé dans le giron de la Caisse nationale d'assurance maladie des travailleurs salariés (Cnamts, lire ci-contre), plus précisément la commune de Saint-Brieuc. Comme l'indique Danielle Lau, directrice de la caisse primaire d'assurance maladie (Cpam) du département, citée dans la lettre mensuelle du groupement de coopération sanitaire (GCS) e-Santé Bretagne, la caisse des Côtes-d'Armor a été choisie car elle constitue un "terrain favorable". Notamment après le travail effectué autour du projet de santé numérique. "Dans ce contexte, l'accompagnement du GCS est essentiel et incontournable". "En effet, sa connaissance du terrain et des projets de e-santé ainsi que son expérience du DMP sur le département du Morbihan sont des éléments importants sur lesquels nous allons capitaliser pour le déploiement du nouveau DMP", précise-t-elle. La caisse du département a donc, en lien avec le GCS e-Santé Bretagne, construit la gouvernance de ce projet en impliquant tous les acteurs de la communauté.

Le comité de pilotage est donc composé de la Cpam, l'ARS Bretagne, le GCS e-santé Bretagne, les directeurs et présidents de commission médicale d'établissement (CME) des établissements de santé publics et privés, l'union régionale des professionnels de santé (URPS), le conseil départemental de l'ordre des médecins, le conseil régional de l'ordre des pharmaciens, la Mutualité française, le Collectif interassociatif (Ciss) de Bretagne, la Mutualité sociale agricole (MSA) et le Régime social des indépendants (RSI).

Le GCS e-Santé Bretagne rappelle que le nouveau DMP sera créé par le patient lui-même via son compte ameli.fr. Une campagne de communication grand public sera lancée fin 2016 pour le faire connaître au plus grand nombre. 
Dès la création du dossier, un historique des remboursements y sera versé "pour assurer aux professionnels de santé que tous les DMP contiennent des informations utiles à la coordination des soins", explique le GCS. Côté professionnel, une alimentation automatique du DMP sera possible lors de l'envoi par messagerie sécurisée de santé (MSSanté). En outre, des travaux avec les éditeurs sont actuellement menés pour "fluidifier l'alimentation et la consultation du DMP au travers des logiciels métiers".
Géraldine Tribault