Publié par Formation Médicale Continue

          Le virus zika circule actuellement dans les départements français d'Amérique. Sa transmission est presque exclusivement vectorielle par les moustiques Aedes, vecteurs de la dengue et du chikungunya.
 
          Dans ce contexte, il est possible que vous soyez sollicités en consultation par des résidents ou par des voyageurs allant ou revenant des zones de circulation du virus et présentant des symptômes compatibles avec le Zika.
 
           Les patients, les membres de leur famille et leur entourage doivent être informés sur le risque de transmission et les moyens de minimiser ce risque en réduisant les vecteurs et le contact humain-vecteur. Les patients infectés par le virus Zika doivent éviter tout contact avec le vecteur.
 
       Si la majorité des formes sont asymptomatiques, les principaux symptômes sont un exanthème maculo-papuleux avec ou sans fièvre et au moins 2 signes parmi les suivants : hyperhémie conjonctivale, arthralgies, myalgies, en l’absence d’autre étiologie.
 
         L'infection, classiquement bénigne, peut cependant être à l'origine, d'un certain nombre de complications neurologiques sévères (méningites, encéphalites) et syndromes de Guillain-Barré. Au cours du premier trimestre de la grossesse, l’infection peut s’accompagner d’un risque de malformations congénitales de type microcéphalies (0,65% des cas).
 
         Les moyens de diagnostic biologique restent classiques avec un diagnostic direct par détection du génome viral par RT-PCR et un diagnostic indirect par détection des anticorps.
 
            Le traitement est symptomatique, antalgique contre la douleur et la fièvre, en évitant le recours aux anti-inflammatoires tant qu’une dengue n’a pas été éliminée. L'aspirine est déconseillée.
 
          Les femmes enceintes et les parents d’enfants et de nourrissons doivent adopter des mesures de protection renforcés. Outre les vêtements couvrants, il est recommandé d’utiliser des produits répulsifs adaptés en respectant les précautions d’emploi et protéger les berceaux et poussettes par des moustiquaires (l’utilisation des répulsifs avant deux mois est déconseillée).
 
       Pour toute question, information ou signalement, vous êtes invités à contacter la plateforme de veille et d’urgences sanitaires de votre ARS.
 
Pour plus d’informations consulter l’avis du HCSP : Prise en charge médicale des personnes atteintes

http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=517