Publié par Formation Médicale Continue

Le vaccin contre le zona Zostavax® a été inscrit sur la liste des médicaments remboursables aux assurés sociaux (Journal officiel du 5 juin 2015) et sera commercialisé en France à partir du 15 juin 2015.

Cette inscription fait suite à l'avis de la commission de transparence du 15 octobre 2014 sur le vaccin Zostavax, qui concluait à une amélioration du service médical rendu mineure (ASMR IV) dans la prévention du zona, dans les populations recommandées par le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) et se déclarait en faveur de son remboursement en pharmacie de ville et de sa prise en charge à l'hôpital.

Rappel sur la maladie

Le zona est une maladie virale provoquée par le virus de la varicelle appelé VZV (pour Varicelle-Zona Virus). Il s'agit d'une réactivation du virus VZV pouvant survenir plusieurs années après avoir contracté la varicelle. Le zona touche particulièrement les personnes à l'âge adulte : plus de 60 % des cas surviennent après l'âge de 45 ans, et plus de 50 % des personnes âgées de plus de 80 ans feront un zona.

La réactivation du virus VZV se fait à la faveur de facteurs de risque dont certains sont bien identifiés, tels que l'âge, l'ethnie (le zona est plus fréquent chez les Caucasiens) ou les maladies entrainant une immunodépression, mais dont certains sont moins bien définis (diabète, polypathologies, événements stressants).

L'atteinte cutanée est la manifestation la plus classique du zona. L'atteinte de l'oeil (zona ophtalmique) est plus rare mais grave. L'évolution du zona est caractérisée par la fréquence et l'intensité des douleurs neuropathiques résiduelles post-zostériennes et le risque de dégradation de la qualité de vie.

Or, malgré un diagnostic précoce et un traitement antiviral administré dans les 72 heures après le début des manifestations cliniques, la survenue de complications, dont la douleur post-zostérienne, est incomplètement contrôlée.

La disponibilité du vaccin contre le zona Zostavax® en 2006 a ouvert de nouvelles perspectives dans la prévention du zona chez les adultes âgées de 50 ans et plus.

Zostavax® : 1 dose recommandée chez les personnes âgées de 65 à 79 ans

Depuis le 25 octobre 2013, le Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP), prenant en compte l'épidémiologie du zona en France chez les personnes les plus âgées, la fréquence et l'intensité des douleurs post-zona et l'efficacité du vaccin Zostavax®, recommande la vaccination contre le zona par le vaccin Zostavax® des adultes âgés de 65 à 79 ans (avis du HCSP du 25 octobre 2013).

Zostavax® est un vaccin vivant atténué commercialisé par le laboratoire Sanofi Pasteur MSD, qui dispose d'une autorisation de mise sur le marché (AMM) dans la prévention du zona et des douleurs post-zostériennes chez les adultes de 50 ans et plus.

Le schéma vaccinal consiste en l'administration d'une seule dose par voie sous-cutanée. La nécessité d'une seconde dose n'est actuellement pas connue.

Ce vaccin vivant, composé d'une souche virale atténuée du virus varicelle-zona, est contre-indiqué chez les personnes immunodéprimées.

A noter également que le vaccin Zostavax® ne doit pas être administré en même temps que le vaccin pneumococcique polyosidique comportant 23 valences (Pneumo-23®) ; en effet, au cours d'une étude clinique, leur administration concomitante s'est traduite par une diminution de la réponse immunitaire contre le zona.

Conditions de prise en charge par l'assurance maladie

La seule indication thérapeutique ouvrant droit à la prise en charge ou au remboursement par l'assurance maladie est la prévention du zona et des douleurs post-zostériennes des personnes âgées de 65 à 74 ans révolus selon un schéma à une dose. 

Pour les personnes âgées de 75 à 79 ans révolus, la prise en charge du remboursement est assurée jusqu'au 28 février 2017, afin de permettre le rattrapage vaccinal de cette population durant les deux prochaines campagnes de vaccination contre la grippe.

Le prix public de Zostavax est de 127,24 € la dose avec un taux de remboursement de 30 % par l'assurance maladie, alors que la plupart des vaccins recommandés sont remboursés au taux de 65 %. Toutefois, le complément devrait être remboursé par les mutuelles pour environ 90 % des personnes éligibles à cette vaccination.